Pas de trêve pour les galgos et les podencos…

En ces fêtes de fin d’année où la tradition est de festoyer et de s’en fourrer jusque-là, pour les galgos et les podencos, il n’y a pas de trêve

il n’y a pas un jour où la gamelle sera plus pleine que la veille, chaque jour est un jour qui les rapproche inéluctablement d’une mort certaine.

Il faut savoir que jamais elle ne sera belle et que jamais un galgo ou un podenco ne pourra mourir en paix.

Sa fin sera une lente agonie, le jour J dépendra de ses capacités d’endurance et de résistance.

Après avoir servi quelques années, il passera le pont de l’arc en ciel, mais là encore, ce voyage se fera dans la douleur parce que, même la mort ne leur fera pas de cadeaux

Galgos et podencos, bêtes de souffrance, nés pour servir, pour chasser, pour courir, nés pour souffrir, nés pour mourir.

Pour reproduire aussi , ce sera pour les femelles désignées à produire le sang neuf aux galgueros (chasseurs), une lente agonie, la faim jusqu’à la fin.

En ce moment la chasse bat son plein en Espagne et les sujets les moins fatigués seront mis au rebut. A quoi bon les garder puisqu’ils ne seront plus utiles pour la prochaine saison, d’autres plus jeunes, plus vaillants et plus costauds prendront leur place.

De toute façon, chaque chasseur à un cheptel suffisamment fourni pour se permettre de changer de monture chaque année.

Tout ceci est normal en Espagne, mis à part les personnes qui sont engagées en protection animale. 

Les autres trouvent tout à fait normal que cette tradition ancestrale perdure dans leur pays et ne voient pas où est le problème puisqu’à leurs yeux les galgos et les podencos ne sont pas des animaux domestiques.

Depuis 12 ans maintenant, l’association Lévriers sans Frontières se bat aux côtés des associations Espagnoles pour dénoncer le martyr de ces pauvres chiens et pour en sauver quelques-uns, mais si peu par rapport à tous ceux qui meurent dans le silence de leurs geôles.

Fêtes ou pas, mes pensées sont toujours pour eux.

Physiquement je suis ici bloquée par le Corona mais mon esprit est toujours là-bas, même la nuit quand je ne dors pas, je pense à eux, je ne peux jamais appuyer sur le bouton OFF…

Des vies pour sauver des vies …Merci à tous ceux qui luttent contre la barbarie des hommes

https://www.levriers-sans-frontieres.com/

7 réflexions sur “Pas de trêve pour les galgos et les podencos…

  • 2 janvier 2021 à 20 h 45 min
    Permalien

    Courage,
    Vous menez une lutte contre la banalisation du mal !
    mais un jour le monde changera, j’en suis sûre;
    Chaque animal sauvé compte ; il faut soutenir de toute nos forces ceux et celles qui affrontent et font reculer un peu la misère, simplement, chaque jour .
    Véronique

  • 2 janvier 2021 à 16 h 28 min
    Permalien

    c’est un combat sans fin mais on s’aperçoit que les espagnols ont changés .Ils dénoncent leurs voisins sauvent des vies quand ils en trouvent un blessé ou errant . La guarda fait un travail magnifique pour la maltraitance . Et on n’oublie pas tout nos amis espagnols qui se battent chaque jour pour sauver des vies . Un travail de titan. Une vie sauvée c’est une victoire de plus pour eux . MERCI pour tout
    Et je sais que pour toi chaque minute chaque heure chaque jour ils sont présents et ta ressource c’est là-bas . N’oubliez pas qu’il faut pas tous les mettre dans le même sac . J’ai pu le voir quand je passe mes vacances en Espagne .Bon courage Odile bisous

  • 2 janvier 2021 à 14 h 19 min
    Permalien

    Je ne peux rien dire car c’est trop dur de voir ces souffrances.
    Je pourrais avoir des idées de meurtres envers tous ces moins que rien.
    Si il y a une justice sur cette terre quand agira-t-elle ?

  • 2 janvier 2021 à 11 h 38 min
    Permalien

    Madame,
    Rien à ajouter, vous avez tout dit.
    Mes pensées vont aussi vers ceux qui souffrent et aussi vers ceux qui souffrent de les voir souffrir.
    Mon cœur se serre de ne pouvoir faire plus.
    Un jour viendra j’espère…
    Bon courage et bravo à tous ceux qui soignent les corps et les âmes de tous ces pauvres chiens qui sortent de cet enfer, qui sortent enfin des mains de leurs bourreaux.
    Quelqu’un à dit: ce n’est pas parce que la tâche est immense et qu’on ne pourra pas tout faire qu’il ne faut rien faire !
    C’est tellement vrai, je me répète cette petite phrase très souvent.
    Alors, merci d’exister, merci d’être là pour eux.

  • 2 janvier 2021 à 11 h 23 min
    Permalien

    la chasse est un poison mortel et perso je n’ai aucune compassion pour les chasseurs. A mes yeux ce sont des assassinats purs et simples et qu’on ne me parle pas de régulation car il y a des élevages de sangliers, cerfs, faisans etc ….. qui sont lâchés en forêt pour la chasse

  • 2 janvier 2021 à 10 h 53 min
    Permalien

    Bonjour Odile, encore un article qui fait mal, très mal, mais cependant plus que nécessaire, avoir la force de ne pas détourner son regard. Je me suis souvent demandé est-ce que Odile dort bien toutes les nuits, non bien sûr vu son engagement total depuis tant d’années. Votre combat est un vrai sacerdoce, vous êtes une femme admirable. En effet les « fêtes » de fin d’année ne sont souvent que prétexte à s’empiffrer, les vrais cathos, ne fêtent pas Noël de cette façon. Tout a été détourné pour faire du commerce. Le premier Noël de mon père a été une orange, luxe suprême, que sa mère (veuve de guerre) lui avait offert grâce à ses heures de ménage … Je vais commander 2 calendriers que je vais envoyer à 2 cabinets de vétos (en Essonne et Loiret) qui avaient soigné Rouguette, peut-être vous enverront-ils une obole. Je vous souhaite une excellente santé pour 2021 pour continuer votre combat. Encore merci à tous les amis des lévriers.

  • 2 janvier 2021 à 10 h 44 min
    Permalien

    Mon Dieu, ces regards ….
    Cela hante mes pensées !
    Même avec les photos, les informations qui nous arrivent, vos témoignages, je n’arrive pas à imaginer ce qu’ils subissent au quotidien. Cela dépasse mon entendement.
    Quand Lennon peut croiser mon regard (oui cela lui arrive) je lui demande si un jour il pourra oublier un peu, si un jour il pourra vivre sans la peur qui le tétanise si souvent, s’il est heureux avec moi maintenant.

Commentaires fermés.