Je m’appelle Horus, je suis un galgo rescapé de l’enfer Espagnol et je suis à adopter via Lévriers sans Frontières.

Si j’étais un humain je pourrais vous raconter ma vie. Mais voilà ,je ne suis qu’un chien et un chien ça ne parle pas. Un chien ça ne pleure pas, un chien ça subi.

Nous, les Lévriers Galgos, sommes la race la plus méprisée, la plus martyrisée, la plus condamnée.

La race maudite et des milliers d’entre nous meurent chaque année au nom d’une tradition ancestrale. Entraînés dès notre plus jeune âge pour les parties de chasse récréatives et pour les courses à pari d’argent, si nous ne sommes pas suffisamment performants, nous sommes tout simplement mis au rebut.

50 0000 d’entre-nous succomberont chaque année mais ce ne sont que des estimations car en réalité beaucoup s’éteindront dans le silence de leur geôle et n’entreront pas dans le décompte des chiffres officiels.  Vous ne le saviez pas ?

Moi je suis rescapé, rescapé de l’enfer, j’ai tout vu, j’ai tout vécu et si je pouvais parler je vous raconterais mes peurs et mes terreurs. Les coups, les cris, les brimades selon les humeurs de mon galguero et la faim qui nous tiraille les entrailles jusqu’à la fin…

J’ai vu mes frères de misère partir, souffrir, mourir. Moi je suis un rescapé et j’ai échappé par miracle à la sentence finale. Un jour il est venu me chercher.

LUI. Le galguero. Mon Maître. Celui qui a le droit de vie ou de mort en toute impunité.

Les chiens ça ne parle pas mais ça sent ces choses-là. Nous étions quatre et il nous a emmenés dans une perrera, couloir de la mort ou les Galgos sont exécutés.

Notre heure était venue.  Enfin, c’est ce que je pensais….

Quand le 3ème jour j’ai vu deux hommes arriver, ils ont signé des papiers et nous ont emmenés au refuge de la Fondation Benjamin Mehnert. C’est le plus grand centre de récupération des galgos en Espagne. Je n’avais pas de nom, je n’étais qu’un numéro.

Ils m’ont appelé Horus et je suis devenu un être respecté.

J’ai été soigné, vacciné, stérilisé et je suis prêt maintenant à voyager dans un autre pays pour vivre une vie digne de ce nom à vos côtés, si vous décidez de m’adopter.

Je suis un bon chien et je vous promets amour et fidélité jusqu’à la fin de mes jours parce qu’un chien ça ne trompe pas, ça ne trahit pas.

Je n’ai pas de défaut, je m’entends bien avec mes congénères, je suis équilibré et je n’ai plus peur car ici j’ai appris que l’homme pouvait aussi être bon.

Par contre j’ai tendance à courir après les chats, mieux vaut donc qu’il n’y en ait pas dans ma future famille.

Il ne faut pas oublier que nous sommes des chiens de chasse, conditionnés dès notre plus jeune âge à attraper les lièvres et les lapins à la course.

Je suis né le 06 02 2018, je mesure 72 cm et je n’attends plus que vous. https://www.levriers-sans-frontieres.com/horus-m/

Si je suis adopté, je pourrai venir vous retrouver en France lors du prochain sauvetage organisé par l’association Lévriers sans Frontières.https://www.levriers-sans-frontieres.com/

Alors si vous pensez que vous êtes celui ou celle qui pourrait m’offrir une seconde chance, n’hésitez pas à remplir le formulaire en ligne.https://www.levriers-sans-frontieres.com/demande-dadoption/

Plus de renseignements un seul n° : 0660153750

3 réflexions sur “Je m’appelle Horus, je suis un galgo rescapé de l’enfer Espagnol et je suis à adopter via Lévriers sans Frontières.

  • 12 octobre 2020 à 23 h 03 min
    Permalien

    Ça me fait toujours aussi mal de penser à la souffrance de ces pauvres chiens tellement gentils …
    Je me dis tous les jours que ma belle Dolorès a eu beaucoup de chance d’être sauvée par la fondation et que j’ai eu tellement de chance dans ma vie de la trouver sur mon chemin …
    Des amours de toutous, des trompes à bisous que l’on ne peut que aimer passionnément !
    Vraiment, tous ces bénévoles ne peuvent qu’être félicités pour tout ce travail d’équipe et encore un grand merci à Odile, à Virginie et à toutes ces personnes qui œuvrent pour donner du bonheur et sauver tous ces animaux 👌

    Répondre
  • 12 octobre 2020 à 20 h 53 min
    Permalien

    L’homme est le cancer de la terre…
    Les animaux ne parlent pas… Dommage, des procès pourraient être faits avec leur témoignage, ainsi que les chiens d’élevage, les porc, les poulets…

    Répondre
  • 12 octobre 2020 à 15 h 38 min
    Permalien

    C est une bien triste histoire que celle de ces chiens.. L homme est indigne des chiens. Il est lâche et égoïste, le contraire de vous mes amis a 4 pattes. Très cher Horus, heureusement tu es ici maintenant et tu es bien en vie et respecté. Tu es superbe !! Je te souhaite le meilleur désormais !!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *