Le témoignage de Béatrice / Ysa ma douce comment ne pas t’aimer…

En 2007 à la mort de mon Cocker Anglais dans les horribles souffrances d’un empoisonnement, j’avais décidé fermement « plus jamais de chien » !! Pendant toutes ces années, chats puis cheval ont constitué mon univers animalier.
Pendant l’été 2017 en surfant sur Internet, je suis tombée sans trop savoir comment ni pourquoi sur l’histoire des galgos et pods, les sites des différentes associations. Longtemps ces regards m’ont hantée avant que je finisse par me décider.
J’ai adopté Ysatis sans l’avoir vue, uniquement sur les bons conseils d’Odile et le critère primordial qu’elle était compatible chats.
Par un matin pluvieux de Décembre 2017, j’ai fait l’aller-retour dans la journée, du Nord Médoc aux Pays de Loire où elle était depuis peu chez Chantal et Alain. Là, accueil 5 étoiles où les adoptants sont aussi choyés que les adoptés !

A dire franchement, je n’ai pas eu d’emblée le coup de cœur pour Ysatis. Elle n’a pas le physique typique des lévriers. Elle est grande pour une femelle mais surtout elle est bien charpentée, avec un large poitrail. Chez les humains, il y a les fluets et les autres. Ysatis fait partie des autres !
Elle est positive à la Leishmaniose mais c’est sans contrainte ni problème : un traitement quotidien sous forme de cachets insérés dans un morceau de fromage (son péché mignon) et une prise de sang par an. Vous trouvez qu’elle a l’air malade ?

C’est un ange de calme et de douceur. Dès son arrivée, elle s’est appropriée la méridienne du canapé, et bien installée face à la fenêtre elle peut ainsi surveiller tout ce qui se passe à l’extérieur.
En presque 3 ans, jamais une bêtise, une saleté, un vol de nourriture. Elle attend sagement l’heure des repas et des petites friandises.
Mais elle n’est pas parfaite. C’est aussi une cabocharde, une capricieuse, une délicate. Mettre un manteau, se faire essuyer les pattes est un calvaire pour la demoiselle ! Sortir sous la pluie, par grand vent ou la nuit mais vraiment quelle idée !

Les 2 chats très craintifs de nature, se sont faits à sa présence imposante. Pas de jeux même si la belle persiste toujours dans ses tentatives. Il y a quelques courses mémorables dont ils sont toujours sortis vainqueurs, sauvés par les arbres du jardin !
Ah le jardin, si vous avez envie de faire des plantations, comptez sur Ysatis. Elle n’a pas son pareil pour le transformer en champ de mines, creusant des trous ici et là. Ses grandes courses se finissent toujours par le même rituel, elle creuse, creuse, à une vitesse incroyable et au point de pouvoir s’y enterrer !!

Ysatis est une vraie marmotte, une pantouflarde privilégiant le confort de son canapé ou d’un coussin. Elle est toujours collée contre moi sur le canapé, voire même vautrée (32 kgs, çà finit par peser …). Dans son sommeil, c’est le seul moment où ses oreilles sont dressées. Curieux non ?

Mais parfois, elle s’isole sur le canapé du bureau ou roulée en boule dans le fauteuil. Elle reste ainsi des heures entières à fixer je ne sais quel point fixe. A quoi peut-elle donc penser alors ? Des réminiscences de son passé ?

Et puis de temps à autre, elle se prend pour un chien de garde et sans raison donne de la voix derrière le portail, histoire de montrer au voisinage qu’elle est bien là !
Régulièrement, j’ai aussi droit à un discours de la belle, les oreilles collées au crâne et le nez pointé en l’air ! Trop drôle !

En ce moment, comme beaucoup, Ysatis attend impatiemment la fin du confinement pour reprendre les grandes balades en forêt et sur la plage. Je sens que cela lui manque même si c’est toujours au bout d’une longe de 7 m. Après 3 ans, je n’ose toujours pas la lâcher, de peur qu’emportée par l’ivresse d’une course folle, elle ne revienne pas … La perdre est inimaginable ! Ysa ma belle, la vie sans toi serait si terne et perdrait son sens…

Je ne sais rien d’elle et de sa vie d’avant, si ce n’est qu’elle a certainement échappé à une vie misérable de reproductrice.
D’après son passeport espagnol, elle s’appelait Amatxo, qui signifie littéralement « petite mère ».
Sans doute parce qu’elle a été trouvée dans un jardin avec seuls 2 bébés encore en vie. Quelle mère courage de les avoir protégés jusqu’au bout !

Tous 3 ont été sauvés et adoptés, et c’est bien là essentiel.
A la voir ainsi si maternelle, je comprends mieux sa douceur, sa délicatesse.

Ysa ma douce, comment résister à un tel regard ! Comment ne pas craquer, ne pas t’aimer !

Merci Béatrice pour ce beau témoignage.

Si vous aussi vous désirez raconter votre histoire d’amour , n’hésitez pas à m’envoyer vos textes accompagnés de vos photos en PJ à : directionlsf.international@gmail.com

( Surtout ne perdez pas patience, tous les témoignages seront publiés mais cette rubrique est victime de son succès et il y a une longue file d’attente )

Si vous désirez adopter un Galgo ou un Podenco, n’hésitez pas à consulter le site de Lévriers sans Frontières et à remplir un formulaire de demande d’adoption. Dès réception nous vous contacterons.

https://www.levriers-sans-frontieres.com/

9 réflexions sur “Le témoignage de Béatrice / Ysa ma douce comment ne pas t’aimer…

  • 16 mai 2020 à 9 h 51 min
    Permalien

    J’aime ton caractère Isatis !
    Tu es une splendide gaga !
    La photo avec tes 2 bébés m’a fait pleurer tellement douce , attendrissante. Oui , des nouvelles de tes bébés seraient bonheur pour gommer des images de notre esprit en pensant à votre passé à tous les 3 .Belle vie beauté !

  • 16 mai 2020 à 0 h 06 min
    Permalien

    ah oui que de souvenirs , imaginez une galga qui imite une jack russel , elles sautent en l air et plongent les pattes en avant, creusant pour attraper une souris , c était vraiment comique . Ma galga voulait tout faire bien , adoptée à 3 ans , une petite noire que personne ne voulait , et imitait la jackette , fameuse équipe ces deux là ; un jour la jack n est pas rentrée avec nous , on a attendu rien ; je dis c est pas normal , mes chiennes reviennent toujours , elles connaissent le chemin . On repart même promenade et je dis à la galga cherche cherche vicky . Elle part dans un petit bois et cherche , renifle devant l entrée d un terrier et reste là , j appèle et j entends vicky qui répond dans le sol ! Elle était coincée dans un terrier de renard ! on retourne à la maison chercher une bêche ; ah les retrouvailles , la fête . La jackette est restée 2 jours calme , ensuite à retrouvé son tempérament de tout bon jack , et ma galga était ravie de retrouver sa copine mais elle ne plongeait plus aux souris . Iris , la galga en prenant de l âge présentait de l hyper attachement , et a reçu des fleurs de Bach , puis un horrible jour elle est tombée raide morte en courant derrière un merle , rupture d anévrisme foudroyant . Ce fut un ange avec quelques bêtises , mais elle était la reine d amour ……

  • 15 mai 2020 à 19 h 17 min
    Permalien

    Je profite de la parution de mon témoignage pour lancer un appel. J’aimerai beaucoup avoir des nouvelles des 2 bébés d’Ysatis et peut-être des photos pour voir s’ils ressemblent à leur maman.

  • 15 mai 2020 à 15 h 02 min
    Permalien

    De belles histoires touchantes, trop même, car elles font couler les larmes. Merci de nous faire vivre ces instants merveilleux. Belle et longue vie à vous.

  • 15 mai 2020 à 12 h 18 min
    Permalien

    Merci de nous avoir fait partager cette belle histoire…

  • 15 mai 2020 à 11 h 37 min
    Permalien

    MERCIIIIIII pour ce beau témoignage……que d’ AMOUR :)))) <3

  • 15 mai 2020 à 11 h 10 min
    Permalien

    Que de beaux souvenirs j’ai gardé de toi Ysatis !
    Après avoir vu la terreur dans les yeux de Célia (mon accueil précédent pendant 10 mois) dans les tiens je n’ai vu que de l’amour et dès le premier jour.
    Comment pouvez vous sortir de cet enfer et rester aussi pur et aimant envers les humains ?
    Tu n’es que douceur et tendresse. Toujours en attente de caresses, toujours les pattes en l’air pour que l’on te grattouille le ventre. Le jour où tu es partie, tu as laissé un grand vide mais je savais que tu allais être une reine dans ta maison. Ce que tu es devenue. Merci Béatrice de lui offrir cette belle vie.
    (je me permets de lancer un appel à la famille de Célia, j’aimerai tant avoir de ses nouvelles. Merci d’avance)

  • 15 mai 2020 à 8 h 42 min
    Permalien

    Quelle jolie histoire d’amour …… j’ai hâte d’accueillir Lola (atenea) mais je vais devoir attendre le 27 juin….en attendant je pense à elle toute la journée

    • 15 mai 2020 à 12 h 06 min
      Permalien

      Vous êtes casse-pied avec vos belles histoires! !!!! Ces les chutes du Niagara a chaque fois 😭😆 Ysa a la même couleur que ma Bibi d amour! bonne route a vous 😘

Commentaires fermés.