C’est la triste histoire d’un Podenco qui s’appelle Einar et qui n’a plus d’espoir…

Aujourd’hui je voulais vous raconter l’histoire d’Einar, parce qu’elle est triste à pleurer, triste à mourir aussi.

Je ne veux rien vous demander pour lui, parce que je me suis débrouillée pour trouver une solution, de toute façon personne ne l’a jamais regardé, même parrainé. Très peu de gens ont été ému par ce vilain petit canard.

Einar est un invisible, de ceux qui n’accrochent pas le regard, de ceux qui laissent indifférents, allez savoir pourquoi….il n’a pas la gueule de l’emploi et c’est comme ça.

https://www.levriers-sans-frontieres.com/einar/

C’est un gentil Podenco pourtant, très rigolo en plus, il s’attache au premier qui daignera lui lancer sa balle, il est toujours joyeux malgré l’enfermement, toujours prêt à vous faire plaisir, comme s’il voulait croquer la vie à pleine dents.

Malheureusement elle sera de courte durée, sa pauvre vie et la première année il l’aura vécue enfermé au refuge.

Il est arrivé à la fondation en mai 2019,  il avait tout juste un an.

C’est très difficile psychologiquement pour les soigneurs et les bénévoles des refuges de voir chaque matin les mêmes regards et d’entendre chaque soir les mêmes hurlements lorsqu’ils s’en vont et qu’ils ferment les portes, laissant derrière eux toutes ces âmes perdues et innocentes.

Et à cause du confinement, c’est pire encore, parce que les bénévoles n’ont plus le droit de se rendre au refuge alors les chiens sont coupés du seul lien qu’ils avaient avec eux.

Avec Maïté on s’est beaucoup tracassées pour lui, il faut bien avouer qu’il n’a pas eu de chance.

A son arrivée il avait une grosseur sur le flanc, pas énorme, une sorte de kyste qui a tout de suite été retiré et Maïté lui a trouvé une famille d’accueil.

C’était chouette de le savoir dorloté mais ça n’a pas duré malheureusement, au bout de quelques semaines il a été ramené au refuge comme une grosse merde.

Là-bas c’est comme ici, certaines personnes ont ce que j’appelle une empathie furtive.

C’est juste dégueulassasse de faire ça, c’est pire que de ne rien faire , mieux vaut laisser un chien au refuge ou il s’adaptera , que de lui offrir un nid douillet pour le jeter ensuite dans la gueule du loup.

J’étais présente ce jour-là, on a beaucoup pleuré avec Maïté parce qu’Einar ne comprenait pas ce qu’il faisait ici, il avait peur des aboiements.

Mon Dieu, qu’est-ce qu’il a pu hurler quand on l’a mis dans son box, pendant des jours il a hurlé et à chaque fois qu’il nous voyait il s’accrochait aux grilles comme pour nous supplier de l’emmener et de ne pas le laisser là.

Et patatrac quelques mois ont passé et la tumeur a repoussé à vitesse grand V, retirée, analysée, les résultats sont tombés, pas bons du tout, cancer métastasé.

Ses jours désormais sont comptés, c’est terminé pour lui

Allez Einar, je te dis à bientôt, plus qu’un mois à tenir et tu seras dans le camion, pas de l’espoir parce qu’il n’y en a plus pour toi mais on va t’offrir une belle fin de vie, ma sœur et moi.

Je la remercie aujourd’hui de t’offrir un toit pour quelques mois,ça sera toujours ça.

Ton pote Primero t’attend , tu vas voir il est sympa.

C’est entouré d’amour que tes yeux tu les fermeras pour toujours.

13 pensées sur “C’est la triste histoire d’un Podenco qui s’appelle Einar et qui n’a plus d’espoir…

  • 25 avril 2020 à 19 h 15 min
    Permalink

    Merci à vous d’offrir à Einar des jours heureux près de votre soeur .
    Un joli petit podenco !
    Je pense un peu comme Elva , son cancer s’est peut-être, à nouveau , réveillé quand il a vécu l’abandon de cette famille ?!
    Qui sait ….Il est jeune , résistant , arrivé chez votre soeur aimante , attentive , heureux de partager la vie d’une humaine généreuse et d’un petit copain dynamisant ….Qui sait , le goût de vivre sera peut-être le plus fort et lui permettra de profiter de nombreux mois en plus …Et moi je lui souhaite plusieurs années !
    Allez , joli petit podenco , bats -toi !Que ton plaisir de vivre résiste !Résiste à cet horrible ennemi !

  • 25 avril 2020 à 18 h 47 min
    Permalink

    Odile Odile ….tous les matins au petit déjeuner je bois mon café et grignote ma tartine en lisant votre article du matin …..souvent il est légèrement salé mon café du matin …. et ce matin il l’était vraiment beaucoup trop ….salé ….Tout a été dit donc je n’en rajouterais pas sauf peut être une douce pensée pour ce petit être qui finira ces jours auprès de votre adorable sœur …..

Commentaires fermés.