Les blablas de la présidente d’LSF/ Annabelle, une de mes grandes histoires d’amour

J’ai toujours désiré avoir un Berger Allemand mais je voulais attendre le bon moment car ma vie d’avant ne me le  permettait pas.

Et puis il y a 20 ans, 20 ans déjà, que le temps passe vite, j’ai pu enfin réaliser mon rêve.

Adopter mon premier Berger Allemand

Quinze jours après avoir emménagé dans  notre maison  à Villette, mon mari et moi sommes allés chercher NEALS. Il avait 3 mois, il était noir et feu.

Neals le BA dans toute sa splendeur, celui qui m’a accompagné 12 ans durant, il était d’une fidélité  et d’une intelligence incroyable. Il comprenait tout, c’était inné chez lui au point que je n’ai eu aucun mérite à l’éduquer.

On dit toujours qu’un BA n’a qu’un seul maître et le sien c’était moi.

Les années ont passé, je ne l’ai pas vu vieillir. Lorsqu’il nous a quittés, le  manque de lui était insoutenable alors je l’ai cherché partout, dans les refuges, sur les petites annonces, je traînais ce vide comme une peau de chagrin et je n’arrivais pas à faire mon deuil.

Je n’avais pas encore de galgos à l’époque, juste un Braque Allemand et un petit York.

Et puis un an après son départ, quelqu’un m’a dit qu’il y avait un BA dans un refuge qui ressemblait à Neals.

J’y suis allée et j’ai adopté Endie. Elle ne lui ressemblait pas du tout, elle n’était pas noire et feu, elle était croisée mais j’ai eu pitié d’elle lorsque la gérante qui avait fort peu de tendresse pour ses pensionnaires, m’a dit texto «cette chienne est complètement cinglée, elle est ingérable et je parie que vous allez me la ramener».

Il a suffi de ces quelques mots qui auraient dû me rebuter pour que je monte Endie dans ma voiture.

Me voici donc avec mon deuxième BA mais qui n’a aucun point commun avec mon amour perdu, ni physiquement, ni dans son caractère.

Je pensais donc que Neals était parti pour toujours et bon gré malgré j’ai commencé à faire le deuil de mon chien. Endie n’a jamais compensé l’absence de Neals, elle était trop différente.

Mais l’histoire n’est pas terminée et c’est là qu’elle commence.

On est en 2014

Une personne de mon entourage est un jour obligée de se séparer de ses chiens.Elle me supplie de prendre en charge son BA en plus des galgos, au début je refuse puis je finis par accepter. Je ne savais pas du tout à quoi ressemblait sa chienne, je n’avais jamais vu de photo.

Mon mari est donc allé sur Lyon récupérer les chiens. Au retour il m’a téléphoné pour me dire que j’allais avoir une surprise, sans rien me dire de plus, il m’a juste dit «tu vas voir».

A son arrivée lorsque j’ai ouvert les portes du camion, je l’ai vu, LUI, Neals.

Mon amour perdu, alors que les années avaient passé et que je ne le cherchais plus, il était là devant moi.

Mon souffle s’est coupé, et  en un regard elle et moi on s’est tout dit, à cet instant même j’ai su qu’elle était mienne, je ne voyais qu’elle.

Elle s’est collée à moi comme une moule à son rocher pour ne jamais plus me quitter.

Tout de suite on s’est aimées, LUI ou ELLE, je ne savais plus, tant elle lui ressemblait en tout point.

ANABELLE.

Elle et moi ce fût une évidence,c’est une grande histoire d’amour qui commençait.

Il suffit d’un regard pour qu’on se comprenne, il suffit que je prononce son nom pour qu’elle vienne, elle me suit comme son ombre, là où je suis elle est, là où je vais elle va.

Et c’est comme ça que je me suis retrouvée avec deux BA….

Et chacun le nôtre,puisque Endie ne voit que par mon mari et Annabelle ne voit que par moi.

Si vous aussi vous désirez raconter votre histoire d’amour , n’hésitez pas à m’envoyer vos textes accompagnés de vos photos à : directionlsf.international@gmail.com

17 pensées sur “Les blablas de la présidente d’LSF/ Annabelle, une de mes grandes histoires d’amour

  • 8 avril 2020 à 19 h 54 min
    Permalink

    Je comprends ce que vous racontez et votre attachement aux BA. J’en suis à mon 4ème, depuis mon adolescence. Ce sont des chiens formidables mais j’aime aussi beaucoup les galgos… J’adore les chiens et comme je vous comprend

  • 8 avril 2020 à 18 h 14 min
    Permalink

    Oui, ils sont formidables, les BA! mon pere et son epouse ont eu deux aussi, cheres RIP Goa et Dehlia (une apres l’autres), chacqu’une faisait meme 14 ans;), je les adores aussi! mais depuis que j’ai decouvert les Galgos… eux, ils sont vraiment mon monde, une revelation divine! et je vis sur «Planete Galgo»…:)

  • 7 avril 2020 à 19 h 32 min
    Permalink

    j’ai eu le cas avec mon siamois qui est parti à l’âge de 16 ans . J’ai tenu à en reprendre 1 et quand j’ai vu Cachemire j’ai pleuré c’était mon chat à l’identique . Ayant pris rdv avec l’association mon mari me dit 2 jours après qu’ils sont adoptés. J’étais en colère ce jour là et il me dit va voir dans le garage on a trouvé un lapin et bien non c’était mon siamois et sa sœur . J’ai pleuré en les voyant. Je peux comprendre ce que tu ressens même si c’est le hasard . La vie nous réserve parfois de bonne surprise .

  • 7 avril 2020 à 13 h 46 min
    Permalink

    Belles et émouvantes rencontres et histoires d’amour avec vos BA. Nous aussi avons eu une bergère allemande, adoptée à l’âge de 6 ans dans un refuge. Elle était d’une discrétion telle qu’elle demeurait invisible aux visiteurs , restant dans sa niche en permanence. Mais un jour, je suis allée au refuge au moment de la distribution des croquettes et je l’ai vu , elle était sortie , attendant son repas. Ce fut un coup de foudre… Rentrée à la maison, j’ai passé ma soirée à essayer de persuader mon mari que nous pourrions l’adopter mais apparemment sans résultat. A l’époque, nous avions déjà une croisée berger belge ainsi que 3 enfants encore petits et nous travaillions tous les 2, des conditions pas forcément des plus favorables pour adopter un nouveau chien… Le lendemain, nous devions aller faire des courses, en passant devant le refuge. Là, j’ai vu mon mari s’arrêter devant le refuge en me disant « on va voir ton chien » … Une heure plus tard, la chienne repartait avec nous ! Elle qui devait son nouveau foyer à mon obstination est devenue l’ombre de mon mari à qui elle vouait une admiration sans borne… Elle se calquait aussi sur notre autre chienne qui l’a beaucoup aidé à devenir moins craintive mais quand celle ci est partie au paradis des chiens, elle a fait une dépression telle que nous avons adopté notre première espagnole, une grande podenca avec laquelle elle s’est tout de suite bien entendue, de toute façon cette bergère allemande s’entendait bien avec tout le monde, elle était la gentillesse même, elle aurait même été incapable de faire fuir un cambrioleur… Un amour de chienne que nous avons beaucoup pleuré lorsqu’elle nous a quitté…

  • 7 avril 2020 à 11 h 53 min
    Permalink

    Je te comprends si bien…j’ai eu 2 BA…Cynthia et Raeva(berger allemand noir), toutes 2 parties vers 13 ans…Raeva fut durant 1 an la compagne de mon premier galgo, Harry…Quand elle nous a quittés en dec 2013, elle a offert une place à Penny, ma galga, 6 jours après son départ vers d’autres rivages…

Commentaires fermés.