Chaque année c’est la même hécatombe…

Chaque année c’est la même hécatombe et c’est un terrible constat.

Nous sommes en pleine saison de chasse, les galgos et les podencos arrivent  à la fondation Benjamin Mehnert, certains malades, d’autres dénutris et beaucoup avec des fractures.

Alors il nous faut réparer tous ces chiens cassés à coups de bistouris et à coups d’euros que nous devons trouver à la sueur de notre front alors nous organisons des manifestations divers et variées.

Ils s’appellent Almudena, Brownie, Darius, Sofi … on ne les compte même plus…

Le refuge est doté d’une clinique vétérinaire, les frais de fonctionnement sont énormes : entretien, charges fixes, salaires du personnel … Sachant, bien entendu, que les coûts des soins, des interventions, d’hospitalisation … ne sont  pas répercutés sur le montant des adoptions.

Ici les chiens défilent sans cesse, c’est le quotidien, c’est une sorte de voie de garage où on répare ce que l’homme a cassé.

Il y a aussi ceux qui arrivent en bon état, qui ne sont pas malades et qui n’ont pas été maltraités, ceux que tout le monde veut, les chiens clé en main, jeunes, sociables, beaux, ceux-là ne resteront pas longtemps derrière les barreaux et c’est tant mieux pour eux.

Et c’est  tant pis pour ceux qui ont subi des sévices, ceux qui arriveront cassés dans leur tête et que nous ne pourrons pas réparer à coup de bistouri, ni à coup d’euros, ceux-là malheureusement purgeront une seconde peine puisqu’ils ne répondront pas aux critères de sélection exigés par la majorité des postulants à l’adoption.

Comme Zuleika, 1 an de refuge…

Nous, associations, avons la difficile mission de trouver de bonnes familles pour toutes ces âmes perdues, sans nous tromper et l’exercice n’est pas simple parce que nous sommes de plus en plus confrontés à des personnes dont les démarches sont compulsives ou intéressées ou trop exigeantes.

Et si le chien adopté ne répond pas aux attentes de ces personnes, il reviendra tout simplement et tout naturellement ce sera un retour à l’envoyeur !!!

Je rappelle qu’une adoption via une association de protection animale doit être avant tout une démarche de cœur. Ne l’oubliez pas.

https://www.levriers-sans-frontieres.com/

10 pensées sur “Chaque année c’est la même hécatombe…

  • 1 novembre 2019 à 13 h 38 min
    Permalink

    J’attends la retraite pour pouvoir accueillir un de ces galgos ; peu importe la couleur, l’âge, la « plastique »…. Je ne suis moi même pas « une bombe » et j’ai plein de défauts ! Mais j’ai de la place dans le coeur et à la maison. Ce jour là, je ferai confiance à l’association pour me confier le chien qu’il jugera le plus adapté à mon mode de vie, mon lieu de vie et ma personnalité, voire même : je laisserai le chien me choisir…..

  • 31 octobre 2019 à 20 h 11 min
    Permalink

    cleta ma noiraude est un pur bonheur, elle est de plus en plus joyeuse, elle joue elle réclame des calins, mais à l’extérieur elle veut encore bouffer tout ce qui bouge, elle est difficile, elle fonce sur chiens, chats, humains, enfants !! mais certainement pas de retour à l’envoyeur, elle est là depuis 8 mois, et ces dernières semaines par rapport à son agressivité, on est tellement complice qu’elle fait des progrès, très doucement mais c’est bien, je dois juste être prudente, mais sinon c’est un immense bonheur et chaque fois qu’elle vient réclamer des caresses alros que les premiers jours elle avait peur, me donne du bonheur

  • 31 octobre 2019 à 10 h 59 min
    Permalink

    Il y a un peu plus d’un an j’ai, ENFIN, pu adopter mon premier galgo…cassé physiquement et surtout psychologiquement par la main de son galguero ! et 2 mois après ma galga ma princesse cassée, elle aussi, surtout psychologiquement !…Aujourd’hui je peux affirmer que ce n’est que du bonheur. Les aider à gravir le chemin de la confiance, pas à pas, doucement sans contrainte sans obligation avec AMOUR et RESPECT ! N’hésitez pas à adopter !

    • 31 octobre 2019 à 23 h 27 min
      Permalink

      Oui c’est beaucoup de bonheur de voir progresser ma podenca gravement traumatisée physiquement et psychiquement. Hier Menchu est venue se réfugier sur mon lit pour la première fois apeurée par les jeux des enfants. Il y a quelques mois elle avait les pattes avant sur le lit pour venir jouer comme ses 2 copines podencas. Ces jours ci j’ai eu droit à ma première fête au contact.Auparavant elle me fetait à 2 mètres. Cela va faire trois ans que j accueille Menchu. C’est très long mais quelle richesse quand la confiance progresse… Oui l adoption des ces grands traumatisés est une très belle Histoire une rencontre exceptionnelle à vivre.

  • 31 octobre 2019 à 10 h 59 min
    Permalink

    Coral, ma noiraude, est restée longtemps en refuge…tout était cassé et irréparable dans sa tête comme tu écrivais Odile…mais avec Stephanie,vous avez décidé de la ramener…
    1 an chez Stephanie en accueil (noire et trauma..qui en aurait22 voulu?)
    Et puis en novembre 2016, Corinne m’a demandé de l’adopter, moi qui avait déjà 2 galgos dont Penny une tres grande trauma….comment refuser?…
    Depuis moins de 6 mois, Coral est presque guérie…elle est peu à peu devenue joyeuse, collante, joueuse, tendre, gourmande….et accepte enfin de s’approcher des étrangers devant lesquels précédemment elle defequait de peur !

    • 31 octobre 2019 à 20 h 14 min
      Permalink

      j’ai aussi pris une noiraude, j’ai été la chercher chez steph à vannes, en fait j’ai fait simple, j’ai laisser choisir la délégué en fonction de ma situation, je lui ai dit je veux bien un moche, un noir, un cassé, juste une femelle car j’ai un mâle dominant et voilà ma belle est arrivée il y a huit mois, elle n’est pas tjrs facile mais maintenant sa joie de vivre me remplit de bonheur, elle redevient la gamine qu’elle aurait du être à 4 ans au lieu d’etre une reproductrice, je l’adore et elle me le rend bien

      • 1 novembre 2019 à 8 h 58 min
        Permalink

        toutes ses bêtes ont besoin d amour et de vigilance j ai eu moi même des petits chiens et chats mais trop grande et ma tristesse de les perdrent hélas j ai du mal à en reprend un que ce soit 1 chien ou 1 chat …et puis j ai récupéré la petite chatte à ma fille elle était traumatisée par Mia qui est une magnifique Bully et d une grande gentillesse màis cette chatte ne l aime pas du tout …elle était la première donc elle comprend pas …je l ai prise chez moi mais sa met difficile car je pense toujours à mon chat qui était l amour de ma vie …elle …elle est très méfiante elle fait sa vie de son côté quand ma fille vient elle la mord elle ne veut plus qu’elle la prenne dans ses bras …je laisse le temps faire je pense qu’elle s y fera au fil du temps

  • 31 octobre 2019 à 9 h 49 min
    Permalink

    Vous avez complètement raison Odile. L adoption quelque soit l animal devrait toujours être une démarche d amour et rien que d amour!Avoir envie de sauver un être démuni et laisser pour compte, lui donner amour ,tendresse,affection et aussi lui assurer le quotidien dans ses besoins.Chaque chien est différent, si il s adapte souvent,c est aussi à nous de le déchiffrer et de s adapter à lui.Une vraie adoption ne tient pas compte des critères de beauté. C est dans le regard et dans le coeur qu’elle se passe.Quand on veut vraiment rendre un animal heureux et être heureux à ses côtés, on ne voit que l être tout entier avec ses qualités et ses défauts,qu’ ils soient physiques ou psychologiques. C est ça une vraie adoption !

  • 31 octobre 2019 à 9 h 17 min
    Permalink

    J’ai adopté il y a plus de 10 ans ma 1ère galga. Une craintive qui peu à peu a ouvert la porte et qui est devenue une perle rare. Elle a malheureusement été emportée par une anémie. 1 an après Camélia j’ai adopté Kaly une autre galga pas craintive du tout une énergie à revendre positive à la leishmaniose. Malgré tous les soins possibles et de nombreuses visites chez le vétérinaire Kaly n’à fait notre bonheur que deux petites années. Devant la solitude de Camélia j’ai adopté Baron un oublié comme vous dites. Un craintif, un âgé , un cassé. Il va bientôt avoir 12 ans et il commence seulement à venir vers les étrangers à condition d’obtenir une friandise ou une carresse superficielle. Quand on a le virus on ne s’en débarrasse pas. Il y a eu l’adoption de Luz un bébé de quelques mois dont la mère et les petits ont été retrouves au fond d’un puits. Luz est une pile électrique une super glue. Je pense même que c’est elle le chef de ma petite bande de 4 pattes. Et puis il y a eu mon gros nounours mon coup de coeur Callao mon mastin avec une forte dysplasie qui avait été recueilli par Eliane (une bonne fée) que j’ai adopté il y a quelques Noëls. Mes 3 loulous vivent en parfaite entente. Ils sont mon bonheur quotidien. Alors croyez moi l’habit ne fait pas le moine. Faites entrer chez vous un de ces oubliés et il illuminera votre vie car ces chiens ont une reconnaissance immense des qu’on leur apporte amour et attention.

    • 31 octobre 2019 à 10 h 08 min
      Permalink

      Quel magnifique témoignage que le vôtre Martine. On sent que vous avez un grand coeur. Vous êtes une belle personne. Toutes ces petites misères à qui vous avez donné du bonheur ont connu, grâce à vous, autre chose que l’enfer de l’Espagne. Merci pour ces adoptions pleines de générosité.

Commentaires fermés.