Les blablas de la présidente d’LSF / Quand ils nous quittent…

Quand ils tirent leur révérence c’est une page qui se tourne et une tranche de nos vies qui s’en va avec eux.

Celui qu’on a aimé et qui nous a accompagnés durant tant d’années laisse un  vide immense dans nos cœurs.

Alors on pleure comme des enfants parce que le manque de lui nous fait cruellement mal.

Son odeur, sa façon de nous regarder, sa fidélité à toute épreuve.

Le chien étant bel et bien notre meilleur ami.

Celui qui ne nous trahira jamais

Celui qui nous aime comme on est

Celui qui ne nous fera jamais de reproche

Celui qui ne nous trouvera jamais moche

Celui qui est heureux quand on l’est

Celui qui nous console quand on est triste.

Adieu Bouba,

Adieu Arlena,

Adieu tous les autres qui sont passés sur cette terre et qui s’en sont allés…

Je m’en irai dormir dans le paradis blanc
Où les nuits sont si longues qu’on en oublie le temps
Tout seul avec le vent
Comme dans mes rêves d’enfant
Je m’en irai courir dans le paradis blanc

Loin des regards de haine
Et des combats de sang
Retrouver les baleines
Parler aux poissons d’argent
Comme, comme, comme avant…

12 pensées sur “Les blablas de la présidente d’LSF / Quand ils nous quittent…

  • 17 octobre 2019 à 21 h 43 min
    Permalink

    nous n’osons même pas penser qu’un jour notre MAGUY d’amour partira, nous laissant seuls avec un chagrin immense !!!

  • 15 octobre 2019 à 14 h 38 min
    Permalink

    Témoignage que j’avais déposé sur wamiz alors que la peine de cette immense perte accaparait mes pensées….. Je le partage en hommage à tous nos amis disparus, nous laissant désemparés, anéantis par un départ toujours trop vite arrivé. Et en souhaitant bon courage à leurs humains..

    « L’unique rein, anormal dans sa structure de notre Jaya, jolie golden retriever à la robe sable, s’est arrêté. Nous savions que cet instant arriverait depuis ses 4 mois et demi.
    Jaya nous signifia qu’elle n’était pas prête à partir. La véto nous dit qu’elle voulait rester encore dans notre amour. Les vacances de Pâques commençaient.
    Une parenthèse s’ouvrit. Je déposais des congés. Nous passâmes notre temps auprès d’elle.
    Je l’ai regardée savourer le confort de son dodo, se rouler dans l’herbe, sentir l’odeur des fleurs printanières, les parfums que le vent apportait, regarder les papillons, les oiseaux qui passaient.
    Elle reçut des câlins à chaque fois qu’elle le désirait. Elle dormait beaucoup, blottie contre ma fille ou contre moi.
    Terrible vivance que celle de l’attente du pire….
    Nous nous sommes relayées sur le divan, dans le salon, pour être là même la nuit. Car il n’était pas question que Jaya souffre.
    Le matin et le soir, nous rincions abondamment son arrière train à l’eau tiède, la séchions en tamponnant doucement puis appliquions du gel d’aloe vera sur sa peau qui commençait à s’irriter sous l’urine qui coulait.
    Et puis, une nuit, tout a changé. Le temps était venu. J’ai appelé la véto. Elle était passée presque tous les jours pour voir comment allait Jaya. Elle est arrivée vers midi.
    Nous nous sommes installées dans le jardin. J’avais posé une grande polaire sur l’herbe. Il faisait doux et beau. Je me souviens d’une légère brise.
    Nous avons dit à Jaya ce qui allait se passer. Mais elle le savait déjà.
    Elle était calme. Les chiens n’ont pas le même rapport à la mort que nous, pauvres humains.
    Nous lui avons fait plein de câlins, lui avons dit notre amour pour elle. Nous n’avons pu empêcher nos larmes. C’était si dur !
    Elle s’est endormie puis s’en est allée dans les bras de ma fille. C’était le 13 avril 2018.
    Elle avait 3 ans, 8 mois et 7 jours.
    En ce qui nous concerne, 3 ans et demi de bonheur.
    Nous avons réparti ses cendres sur son lieu favori de promenade. Pourquoi les garder, son âme n’était plus là.
    Nous garderons enfoui dans notre coeur, chaque instant de joie, de rire, de courses, de jeux, de grains de folie, de tendresse avec notre amour de Jaya. »

    Depuis, ma très chère Lexa, venue du refuge d’Aprenda Ecija est arrivée à la maison. Et je reste persuadée que Jaya nous a fait un coucou et donné son approbation à sa manière : Lexa est arrivée le jour anniversaire de la mort de Jaya. Incroyable n’est-ce-pas !
    La présence de Lexa a adouci ma peine. Elle est merveilleuse ! Je savoure chaque jour en sa présence.
    Mais Jaya, tout comme ma jolie Malta (une petite chatte) ou encore Stamm (le cheval de ma fille) resteront à jamais dans mon cœur. L’amour ne meurt jamais.

  • 15 octobre 2019 à 13 h 45 min
    Permalink

    La peine est immense.
    Ils restent tous à tout jamais dans nos cœurs.
    C’est un membre de la famille qui nous quitte. Rien à ajouter…

  • 15 octobre 2019 à 13 h 01 min
    Permalink

    Adieu Bouba, tu as rejoins les autres TOUTOUS qui ont été sauvés par des gens merveilleux en Espagne et en France et on ne vous oublie pas vous restez dans nos pensées et nos cœurs. Dormez dans le paradis des tendres TOUTOUS que vous êtes. Merçi à tous. Patricia MARTIGNENE.

  • 15 octobre 2019 à 11 h 34 min
    Permalink

    Le temps que nos animaux passent près de nous est bien trop court, mais l’important n’est-il pas ce que l’on donne durant ces quelques années : amour, respect,bon soin…Le jour où notre fidèle compagnon nous quitte physiquement, leur âme pure reste présente à nos côtés….Mes sept chiens et deux chats qui, un jour se sont envolés ,restent dans mon coeur.

  • 15 octobre 2019 à 10 h 44 min
    Permalink

    On a tous dans nos coeurs, bien cachés mais pas enfouis à jamais nos petits anges partis pour une grande sieste quelque part ailleurs… On les pleure longtemps, puis les souvenirs remontent un à un à la surface et nous rappellent les bons moments et cette complicité qui faisait de notre cohabitation un lien unique … On n’oublie rien, on donnerait beaucoup pour les serrer encore contre nous et leur murmurer tout notre amour. leur départ est le seul chagrin qu’ils nous causent mais il est immense. Il nous reste les photos et les souvenirs mais tant qu’on parle d’eux, ils demeurent vivants.
    Douces pensées à ceux qui ont perdu leur(s) ami(s).

  • 15 octobre 2019 à 10 h 07 min
    Permalink

    La perte d un être chier est toujours une épreuve douloureuse. Le temps permet d atténuer les peines,et le réconfort vient de ceux qui restent.La vie est trop courte pour nos amours de chiens.C est la vie,c est comme çà.Pas le choix.Je pense à tous ceux qui sont partis et je me dis qu’ ils ont eu une belle vie avec nous.C est le plus important.

  • 15 octobre 2019 à 10 h 04 min
    Permalink

    Ce texte chanté admirablement par Michel Berger je le connais par coeur et il colle tellement bien à ce qu’on ressent lorsqu’un de nos amis à 4 pattes nous quitte. Que de souvenirs indestructibles ….

  • 15 octobre 2019 à 9 h 26 min
    Permalink

    je suis sur ton blog et tu parles de leur dernier voyage .cet apres midi je conduis ma petite ELLA 15 ans car elle ne tient plus debout ne mange plus et a perdu 7 kgs .je sais que c est le bout de notre route ensemble .une des premiers sauvetages par martine REGNARD trauma +++ et on a tellement eu d echanges ensemble rien que elle et moi elle ne fait confiance en personne d autre ma beaute .comme je suis inquiete tu sais je voudrais tellement encore qu elle reste comme ma loly et tomasito que tu n as pas connu je crois

    • 15 octobre 2019 à 11 h 58 min
      Permalink

      Bon courage Florence …

    • 15 octobre 2019 à 14 h 14 min
      Permalink

      COURAGE, ma belle chérie Caline a traversé le pont de l’arc en ciel il y a 12 jours et je suis encore déboussolée malgré la présence de sa sœur mais nous étions tellement fusionnelles un amour inconditionnel

  • 15 octobre 2019 à 8 h 34 min
    Permalink

    Souffrance devant l’inexorable,le vide immense crée par l’absence…Tout adoptant connaît cela,leur vie étant monstrueusement trop courte …nous laissant seule et désemparée….Pensées aux adoptants de Bouba et Arlena.

Commentaires fermés.