Les blablas de la présidente d’LSF/ Un jour…

Un jour .

C’était il y a …..12, 13 ans, je ne sais plus, le temps passe tellement vite.

Je me souviens parfaitement de ce jour où ma vie a basculé dans quelque chose qui m’était complètement étranger, la PA (protection animale).

Milieu que je ne connaissais pas et que j’avais complètement idéalisé, j’étais persuadée à l’époque, amour des animaux oblige, que tout le monde était gentil, un peu comme dans l’île aux enfants.

Alors j’y ai fait mes premiers pas, mes premiers balbutiements et je suis partie en guerre comme un vaillant petit soldat tout fraîchement enrôlé. J’y croyais dur comme fer à ce monde de la PA mais je suis très vite tombée de haut. En fait ce n’était pas du tout comme je l’avais imaginé, non, non, non ! Rien à voir avec l’île aux enfants, j’étais dans un monde cruel et entourée de détraqués en tout genre, qui utilisent la cause animale comme un pansement à leurs maux.

Alors j’ai dû faire usage de la force pour tenir dans la distance parce que, si on n’a pas un bon carafon, on se perd tout simplement. Je me suis beaucoup endurcie et je me suis forgée une grosse carapace.

Avant tout me faisait mal, les trahisons, les ragots, les diffamations, les coups de pute et Dieu sait qu’il y en a eu, tout ça m’anéantissait et me mettait le cœur en mille morceaux mais à chaque fois que je me suis retrouvée à genoux, le nez dans la poussière, et bien je me suis relevée encore plus forte et plus motivée pour continuer à me battre pour venir en aide aux galgos martyrs d’Espagne.

Je repense souvent à ces moments-là, les blessures ne se sont jamais vraiment refermées mais elles sont aujourd’hui mes meilleures armes.

Loin de moi l’idée de me victimiser, je ne suis pas une sainte et comme tout un chacun j’ai des défauts. Par contre, ce dont je suis persuadée, c’est de l’amour que j’ai dans le cœur pour les chiens, personne ne pourra jamais me l’enlever.

Tout ça pour dire, que vous pouvez dégoiser, dégueuler sur mon dos, peu m’importe, il est large et croyez-moi ce n’est pas demain que vous aurez ma peau. Je pense avoir éclusé tout ce qu’il est possible d’endurer et d’entendre. Que ceux qui ne sont pas en accord avec le fonctionnement d’LSF aillent voir ailleurs si l’herbe est plus verte. A bon entendeur salut .

15 pensées sur “Les blablas de la présidente d’LSF/ Un jour…

  • 9 octobre 2019 à 18 h 13 min
    Permalink

    Mme Brochot
    Je pense que le plus important est d’être en adéquation avec soi-même ; vous aurez toujours des envieux, des insensibles à la cause animale, des égoïstes (qui utilisent les animaux comme moyen thérapeutique). Je pense que vous êtes très dévouée à la cause des galgos et podencos, et le reste n’est que médiocrité et ne vaut pas la peine d’être évoqué.

    Répondre
  • 9 octobre 2019 à 16 h 36 min
    Permalink

    Odile , ça fait un bon baille que je souhaite t’envoyer une lettre écrite par ma sœur Françoise à Brigitte Bardot ; Brigitte lui a d’ailleurs répondu. Il n’y a rien à ajouter à cette missive ni un mot, ni une ponctuation, ni une phrase . En fait elle aurait pu ,à toi aussi, te l’envoyer cette lettre sans rien y changer. Je t’embrasse bien fort et de tout cœur avec toi . Les chiennes sont en forme. Que la Terre tournerait plus rond avec des gens de votre trempe. Un cœur plein d’amour pour les plus réprouvés, les plus torturés , les oubliés, les exploités.

    Répondre
  • 9 octobre 2019 à 16 h 22 min
    Permalink

    Je salue votre courage pour votre combat et votre investissement et la confiance que vous accordez aux nombreux français auxquels vous vous adressez pour adopter tous ces galgos et notamment la centaine de chiens dont prés de 15 bébés que vous avez prévu de remonter en France en Octobre/novembre/décembre et collatéralement la reconnaissance du professionnalisme des équipes vétérinaires sur le territoire qui leur apporteront les meilleurs soins.
    Hé oui,, vous avez raison, c’est trop facile à ces détraqués impulsifs de s’exprimer sur Facebook en toute impunité afin de diffuser des « Fake news », vomir des vulgarités, véhiculer la haine pour manipuler les plus vulnérables. Ce sont des pugnaces stupides qui ne se remettront jamais en cause. On s’interroge sur leur objectif, sinon celui de faire de la pub ou de la mauvaise com’ manifestement.
    Restons raisonnable et sensé pour ne pas se faire intoxiquer et dire amen comme des brebis sans cerveau à tous ces verbiages malsains, pernicieux et stériles;
    On constatera tous que ces auteurs (en mal d’existence) lorsqu’on leur fait prendre conscience qu’ils se sont tirés une balle dans le pied tout seul viendront pleurer ensuite pour restaurer leur image et conforter leur conscience car leur égo en aura pris un coup. Mais pour se réparer ils en remettront une couche bêtement avec la seule manière qu’ils ont de savoir s’exprimer (vulgarité, haine et mépris).
    Il faut les plaindre car ils ne réalisent même pas qu’ils se font du tort tout seul.
    Révisons nos premiers enseignements de psychologie par Freud dans sa définition du « ça », du « moi » et du « surmoi » et nous serons vite éclairés sur leur personnalité et leur fonctionnement mental. Cette analyse nous démontrera que la vulgarité et la violence même verbale ne sera jamais que leur seule arme car ils sont dépourvus d’autres facultés. Alors restons pragmatiques et prenons tout ceci avec recul et indulgence.
    Croyez en vous, ça fait du bien à tous ces pauvres chiens ! Vous trouverez certainement de bons humains pour les adopter. Les vessies de bipèdes ni les assassins d’animaux ne font la majorité.
    Consolez-vous, toutes les autres associations en PA sont elles aussi confrontées à beaucoup de préoccupations et handicaps pour agir également pour une vie meilleure pour nos amis les animaux.
    Et puis détacher les bretelles de cette culotte gigantesque et ne craignez rien pour votre peau, on est tous conscients que le fonctionnement de LSF c’est toute une équipe de généreux bénévoles qui se dévouent même s’ils se mettent moins en lumière, ils méritent tous nos encouragement et notre considération. Et comme vous le dites très bien : rien ne serait possible sans eux.
    Quelques proverbes pour vous réconforter : « Quand on aime les bêtes on aime les humains », La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ». Et puis la générosité et l’amour n’ont ni frontière ni limite à moins d’être tombé dans le fanatisme.
    Avec mes encouragements et toute ma compréhension,
    Bien sincèrement.

    Répondre
  • 9 octobre 2019 à 15 h 49 min
    Permalink

    Madame Brochot
    Je ne me lasse pas de vos blablas, et vos mots. Si vous tenez ces propos c’est que notre monde ne va pas bien. Continuez votre noble cause, comme vous dites peu importe les mots ou actions des autres. Suivez le chemin que vous avez choisi avec votre cœur. De tout cœur avec vous dans vos combats pour les animaux et si je puis me permettre contre les cons qui nous entourent et qui se servent souvent de causes pour assouvir leurs propres ego

    Répondre
  • 9 octobre 2019 à 9 h 00 min
    Permalink

    Courage Odile, ce que vous faites est formidable je vous admire, je ne sais pas si j’en serais capable
    j’ai été dans la PA de plusieurs asso et malheureusement beaucoup de ces personnes ne font que du vent sinon le monde animal irait mieux. Il y aurait moins de chiens et chats dans les refuges si le monde de la PA se donnait la main au lieu de se dénigrer, dans tout ce se sont les animaux qui continuent à trinquer. Continuez vous avez le soutient des personnes vrais et des galgos c’est ce qui compte

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *