Lorsque vous adoptez un Galgo ou un Podenco, n’oubliez jamais d’où il vient…

Des taudis à galgos et à podencos,  il y en a partout en Espagne et celui-ci n’est pas le pire, les chiens sont à l’air libre et ils mangent à leur faim, du pain, ce qui leur permet de survivre. C’est du moins ce que les autorités Espagnoles prétendent pour justifier qu’ils ne donnent pas suite aux différentes plaintes déposées.

Il n’y  pas besoin d’aller bien loin pour le trouver, ni de le chercher, puisqu’il se trouve en bord de route dans un village non loin d’Ecija, à la vue de tout le monde.

Et oui, ce gros sac à vin de galguero a pignon sur rue, lui par contre se porte bien et ne manque visiblement de rien…

Lorsque nous nous sommes arrêtées il est sorti, Vicky le connaît bien puisque régulièrement elle vient ici pour tenter de sauver quelques vies, parfois il accepte de lui donner ceux dont il va se débarrasser parce qu’ils sont malades ou plus bons à rien.

Les chiens sont en surnombre, nous en avons compté entre 40 et 50, les femelles mélangées aux mâles alors quand elles sont en chaleur les mâles se battent pour les saillir.

Mais peu importe pour le galguero, si les portées ne sont pas désirées, il tuera les chiots tout simplement.

C’est ici que Vicky a récupéré Téo, Léo, Mady et Paty, il les a donnés dans un seau, les chiots n’étaient pas sevrés alors les bénévoles d’Ecija ont biberonné.

La semaine dernière une personne me demandait des informations sur la mère et bien les voilà, la mère elle est là  et elle continuera à mettre bas jusqu’à ce que mort s’en suive…

Il y en a que l’on voit, ceux qui sont devant dans la cour et puis tout au fond il y en a d’autres, beaucoup d’autres, soit enfermés, soit attachés.

La vermine pullule, les mouches, les rats, les moustiques… La chaleur est insoutenable.

Certains chiens sont vaillants mais d’autres très faibles, surtout les femelles qui ne cessent de mettre bas et qui s’épuisent…

Il y en avait une recroquevillée dans un coin, une petite rousse barbuda très maigre et très faible, le pus coulait de sa vulve et les autres chiens étaient constamment dessus, elle était pleine de morsures infectées. Nous avons tenté de la négocier mais ce gros sac à vin n’a jamais rien voulu savoir sous prétexte que son père était un champion et que c’était une bonne chienne qui pouvait encore faire des saisons de chasse et des portées aussi.

Elle va mourir ou elle est peut-être déjà morte, mais peu importe pour lui, elle finira comme les autres sur ce charnier, il se débarrasse lui-même des cadavres, on pouvait voir des os calcinés …

Certains galgos et podencos du refuge d’Ecija viennent d’ici, ils sont souvent craintifs et mal en point quand Vicky réussit enfin à les récupérer. Et c’est ceux-là malheureusement que l’on a du mal à faire adopter, la majorité des gens veulent des chiens sociables et câlins !!!

Triste réalité …

Et c’est une chaîne sans fin puisque de toute façon les autorités ne font rien mais à Ecija on ne lâche pas et c’est régulièrement que les bénévoles viennent ici pour négocier quelques vies.

Alors lorsque vous adoptez un galgo ou un podenco,

https://www.levriers-sans-frontieres.com/

n’oubliez jamais d’où il vient et ne le trahissez pas, il ne le mérite pas.

22 réflexions sur “Lorsque vous adoptez un Galgo ou un Podenco, n’oubliez jamais d’où il vient…

  • 23 septembre 2019 à 12 h 00 min
    Permalien

    Quelle tristesse la vie de ces loulous. Comment ces loulous peuvent encore faire confiance dans l’humain ? Peut-être au bout de quelques années ? Les galgueros ne méritent QUE de crever. Quand je regarde ce sac à vin, je me dis et j’espère qu’il crèvera lentement en régurgitant pancréas et foie ! Qu’il connaîtra une lente agonie comme il fait subir aux chiens ! Respect à Vickie et à tous ceux et celles qui se battent, sans relâche, pour les galgos et podencos ! Elles et ils ont du cran et du courage. Encore merci ! Merci aussi à LSF pour toutes ces vies sauvés.

  • 23 septembre 2019 à 11 h 06 min
    Permalien

    Merci de rappeler les conditions infernales du Galgo Espagnol, tous les Galgos, ont une vie de merde à haute dose, ultra dose,les échelons de valeurs de la souffrance sont complètement obsolètes, tous ces chiens souffrent, sans parler des bodegueros, les podencos,les setters,les mastins sous alimentés, seuls et attachés à vie pour surveiller …. c’est l’Espagne des galgueros dans toute son horreur banalisée…Et nous avons aussi en France des sacs à merde, sacs à vin,sac à fiel
    Merci de rappeler tout le travail de fourmi courageuse des bénévoles
    Merci de rappeler que l’adoption d’un Galgo est avant tout un sauvetage bien réel, qu’il doit venir du coeur et uniquement du coeur, et que l’on ne doit rien exiger de ces chiens mais bien exiger de soi-même d’être à la hauteur pour eux
    Merci de dire qu’adopter un Lévrier c’est un engagement, c’est jurer d’essayer de l’apaiser etc,sans rien demander en échange!
    Merci de rappeler que les snobinardes superficielles médisantes, méchantes, toutes celles qui les ramènent ou les balancent à la spa n’ont rien à foutre sur ce blog
    Mais il est impossible de savoir où est l’imposteur qui un jour avec « chance » vous le ramènera quand d’autres les balancent à la spa,ou carrément les maltraitent à leur tour
    L’être humain est pire que n’importe quel animal sur terre, car aucun animal n’est cruel,sadique,cupide,abruti
    Par contre tous les animaux aiment, ont peur,souffrent et connaissent la joie, l’attachement à mort,il y en a même qui rient
    Alors je conclue pour me rassurer devant tant d’horribles horreurs que l’humain est une erreur,l’exception qui confirme cette règle: la méchanceté n’existe pas dans le règne animal, sauf chez l’homo connardus
    Merci d’être là, et aussi merci à mes loulous qui chaque jour, sont là,beaux et heureux,je n’en reviens toujours aprés tant d’années de les voir jouer et tant aimer leur vie,auprés d’eux notre grossièreté ressort si fort que l’on est dans l’obligation de s’améliorer et de se secouer de nos petites merdes
    Quelle chance j’ai,et souvent,lorsque je caresse leur longs cous si soyeux,si gracieux je revois ces images atroces de pendaisons, de leurs frères de misères, Corcha m’a tant marquée, brûlée vive pendant un mariage pour rire,je n’oublie jamais d’où ils viennent, comment est ce possible?
    Adoptez un petit vieux, ils sont merveilleux,les mâles sont de gros chats et les femelles sont des chipies adorables,je les aime tant
    Merci Odile et votre équipe que je salue trés trés bas
    Bon courage!

  • 23 septembre 2019 à 10 h 59 min
    Permalien

    Oui quand on voit « ça » cette espèce d’humain… on a des envies de meurtres……. Grave….. je ne sais pas comment les bénévoles font pour supporter la vue de cette pourriture… et la vue des tous ces galgos… surtout ceux mal en point… Pour nous ici c’est facile ! Derrière nos écrans. Oui on a mal mais ça passe vite. Notre regard est attiré par un autre message ou une autre chose à faire. Oui on y pense. Mais on ne le vit pas au quotidien. Moi je ne vois que l’éducation pour endiguer ce mal. Mais va-t-elle arriver jusqu’en bas ??? Les petites associations n’ont pas le temps (ni l’argent pour du support) d’aller dans les écoles…

    j’irai volontiers kidnapper cette pauvre galga……….

  • 23 septembre 2019 à 10 h 15 min
    Permalien

    bonjour
    A propos des craintifs : j avais adopté une galga traumatisée, qui après un an avait déja beaucoup évolué, et qui a guéri complètement après l adoption d une seconde galga joyeuse et heureuse de vivre.Donc il ne faut pas hésiter a adopter un chien craintif, au contraire, les sortir de là et les aimer comme ils sont crée un lien indéfectible, ces chiens sont très résilients et capables de guérir quand on les sécurise et qu’on les aime.Il n y a pas de durée limite, ils peuvent évoluer toute leur vie.
    A toi Kaly, ma merveilleuse.

  • 23 septembre 2019 à 9 h 25 min
    Permalien

    Quelle misère pour tous ces galgos et podencos. Ces images sont insoutenables.

    Alors oui, quand on les voit, on comprend pourquoi vous mettez en garde les candidats à l’adoption : leur futur chien n’a connu que l’enfer et la cruauté humaine, alors il ne faut pas s’attendre à ce qu’il vienne réclamer des caresses sur le canapé les premières semaines.

    Merci à vous tous bénévoles à Ecija et membre de LSF pour votre action en faveur de ce puits sans fonds qu’est le sauvetage des galgs et podencos.

  • 23 septembre 2019 à 9 h 19 min
    Permalien

    Et à méditer…avant d’adopter…et après….!

  • 23 septembre 2019 à 9 h 06 min
    Permalien

    Quelle tristesse, comment un être aussi abject peut il appartenir à l’espèce dite « humaine » ???

  • 23 septembre 2019 à 8 h 50 min
    Permalien

    Quelle horreur….on le sait par ce que vous nous dites..mais c est vraiment au-delà du supportable et concevable !!😪😪
    Ce type est une ordure 😡😡….

  • 23 septembre 2019 à 8 h 34 min
    Permalien

    Quel gros dégueulasse puant le crevard qui négocie encore…, qui il va donner ou plutôt encore se faire des sous sur ces pauvres ANIMAUX…, ou qui il va pas donné…, Cette ORDURE née mérite une baston de kalachnikov dans son gros ventre et dans sa sale gueule d’assassin. Mon Dieu, que je voudrai avoir de quoi acheté à mangé et une grande citerne bien propre pour transporter de l’eau fraîche+++, pleins de dodos bien douillets pour tout ce MALHEUR des Lévriers. J’espère qu’un jour je vais pouvoir le faire ??? Toute ma gratitude à vous tous mesdames et messieurs les Espagnols et les Français. Bien à vous, Patricia MARTIGNENE.

  • 23 septembre 2019 à 8 h 23 min
    Permalien

    Triste réalité…..à pleurer!!!!

Commentaires fermés.