Voyage vers ma nouvelle vie…

Je suis un de ceux qui était dans le camion de l’espoir, un de ceux qui arrive tout droit du Sud de l’Espagne, terre de souffrance, terre de mort des galgos et des podencos.

Pour arriver jusqu’à toi j’ai fait 20 h de route

et avant des mois de refuge ou des années, tout dépend de quelle race je suis et comment je suis aussi, beau ou pas, jeune ou pas, craintif ou pas.

Et encore avant,  mon autre vie, me contentant de si peu, vie faite de privation, d’humiliation,  de sévices parfois, tout dépend d’où je viens et de celui qui me détient.

J’arrive à toi, ça fait longtemps que tu m’attends, tu es  content alors tu m’embrasses, tu m’enlaces, tu m’habilles, me déshabilles sans ménagement, tu m’harnaches, me mets de pampilles pour que je brille.

C’est pas facile pour moi tout ça, c’est violent même parfois, tout dépend de ce que j’ai subi avant, moi qui n’était rien, je passe de l’ombre à ta lumière, je passe de l’enfer au paradis que tu m’as promis.

Toutes ces mains, faites autrefois pour me battre, qui me caressent, qui me pressent, moi je ne sais pas qu’elles me veulent aujourd’hui du bien, et tous ces bruits si soudain que je ne connais pas, tous ces gestes d’affection, c’est peut-être trop pour moi, est-ce que tu t’es posé la question ?

Attention, je risque de tenter d’échapper à tout ça, va doucement, laisse-moi venir à toi tranquillement et tu verras qu’entre nous se tissera un lien indéfectible et qu’une belle histoire d’amour naîtra.

On a tout le temps devant nous alors attends-moi, je ne peux pas tout te donner tout de suite.

Il va falloir que je m’adapte pour ne pas te décevoir, toi qui attend tant de moi, reconnaissance de m’avoir donné une seconde chance, je vais devoir être un bon chien pour te satisfaire et pour te plaire.

Mais n’oublie surtout pas d’où je viens, laisse-moi le temps, ne me bouscule pas, n’attends pas de moi ce que je suis pour l’instant dans l’incapacité de te donner, ça viendra si tu as la patience de m’attendre et si tu respectes mes besoins essentiels de chien car j’en suis un, accepte moi comme tel et tout ira bien, ne fais pas de moi ta chose.

Elle, elle est là, elle court, elle observe, elle écoute, elle ressent tout,elle est nous, elle est heureuse de ces quelques âmes épargnées, elle angoisse de savoir à qui elle m’a confié, est-ce qu’elle t’a bien cerné, elle doute toujours, elle a peur aussi et elle pense déjà au prochain sauvetage, c’est sa course contre la mort, sa course pour sauver des vies mais pas à n’importe quel prix.

Chacun de nous compte à ses yeux, on est tous dans son cœur déchiré, son combat sans fin elle le mène depuis tant d’années toujours avec la même rage vrillée au corps, c’est ce qui la fait avancer, c’est en nous qu’elle puise sa force même si elle pense que le puits est sans fond.

Elle ne dort pas, elle passe en revue cette belle journée ensoleillée, elle garde en mémoire vos merveilleux sourires et vos promesses faites  de m’aimer pour le meilleur et pour le pire, de me chérir et de ne jamais m’abandonner.

Mais ça seul l’avenir me le dira, ce que je sais c’est qu’elle sera toujours là pour moi…

Bonne route mes anges…

19 pensées sur “Voyage vers ma nouvelle vie…

  • 16 septembre 2019 à 19 h 49 min
    Permalink

    Un texte déchirant, tellement vrai… Déchirant dans leur chair, marqués (es) à vie. Chaque jour lorsque je caresse mes deux galga, mes mains s’arrêtent sur leur blessures. Chaque jour depuis bientôt 5 ans je pense à tout ceux qui n’ont pu être sauvés ou qui ne verront jamais la lumiere. Je pense effectivement que c’est un puis sans fond. Merci à Odile d’apporter jusqu’à tous ces chiens là possibilité d’une vie meilleure. À nous tous et toutes de faire en sorte que ses mains tendues vers ces anges soient de plus en plus nombreuses et digne de confiance. Merci LSF pour l’œuvre accomplie…

    Répondre
  • 16 septembre 2019 à 10 h 35 min
    Permalink

    Qu elle Jolie texte si mon mari acceptait j en aurais bien pris un mais voila c est dure pour moi et je suis trop loin pour vous aider dans cette belle tache

    Répondre
  • 15 septembre 2019 à 17 h 47 min
    Permalink

    Texte si émouvant et réflexions si vraies.
    Nos deux galgas ont été adoptées via LSF et ce sont deux amours qui nous comblent chaque jour. Elles sont très différentes, la première calme et confiante en l’humain, l’autre un petit tourbillon craintif qui a du mal à faire confiance ,même à nous , et qui nous rappelle en permanence que sa première vie n’a pas dû se dérouler dans un paradis plein de tendresse et de sécurité. Souvent , je leur murmure que je les aime et je leur jure que plus personne ne leur fera de mal.
    Lorsqu’on invite des personnes chez soi, on doit se charger de leur bonheur durant leur séjour chez nous. Il en va de même pour un animal dont on prend la responsabilité . On s’engage à lui assurer de bonnes conditions de vie conformes à ses besoins physiologiques et de l’amour , mais quand il s’agit d’une adoption, il faut toujours avoir à l’esprit en plus qu’il a eu une vie avant celle que nous lui offrons et qu’il n’est pas une machine qu’on règle dès son arrivée chez nous pour qu’il réponde à nos attentes. Les seuls « règles » qui fonctionnent sont la patience, le temps et l’amour.
    Bienvenue aux nouveaux arrivants qui ont posé leurs valises samedi .

    Répondre
  • 15 septembre 2019 à 15 h 55 min
    Permalink

    C’est toujours un pari….
    Qu’on fait en espérant miser sur son expérience, son flair, et la foi qui anime tous ceux qui viennent jusqu’à vous.
    .
    Je voulais juste que vous sachiez, à titre personnel, que vous m’avez terriblement effrayée Odile. Tellement que j’ai renoncé à un galgo le lendemain de mon appel téléphonique et de ma demande d’adoption, même si votre foi vous a portée jusqu’à téléphoner à une amie pour en savoir un peu plus sur moi… Et peut-être m’estimer un tout petit peu.
    Vous m’avez terrifiée pour que je me cache depuis avril. Et je sais que vous faites que « votre job ». Et que je fais donc partie des 80% de demandes qui finissent à la poubelle, comme vous l’avez écrit un jour…
    Mais je vous lis quand même.
    Et je vous envoie plein de prières.
    C’est tout ?
    Non.
    Je suis comme vous, quand j’ai une idée, quand je sais qu’elle est bonne, je ne la lache pas !
    Sachez que grâce à vous (si si), j’ai adopté une petite roumaine. Du galgo elle n’en a pas la moindre trace ! Lol
    Et je m’efforce de repenser régulièrement à « sa vie d’avant » pour ne jamais oublier que pour elle, une canne ne sert pas qu’à nos petits vieux pour marcher. Ça fait peur. Très peur. Et probablement pour toujours.
    Alors pour tous nos toutous à qui nous offrons une « deuxième vie », je vous remercie encore pour ce rappel qu’ils ont eu « une première vie ».
    .
    Vous m’avez « reproché » (j’ai mis des guillemets !!!!!!) de n’avoir pas déjà de chien pour accueillir et montrer l’exemple à un galgo.
    Peut-être qu’un jour ma petite chienne et moi iront, ensemble, de nouveau vous affronter. De nouveau nous soumettre à votre jugement. Apte ? Inapte ? à accueillir un galgo dans notre meute.
    J’espère qu’ensemble, nous sauront être un peu plus fortes que je ne l’ai été seule, et que nous pourrons vous montrer fièrement qu’une 3eme place est là sur le canapé.
    Voilà.
    Pardon de ma lâcheté.
    Merci pour ma merveilleuse petite roumaine adoptée en mai.
    Bonne route à tous.

    Répondre
    • 15 septembre 2019 à 17 h 39 min
      Permalink

      Tous vos. Petits mots à toutes sont magnifiques et pour l’instant bien que l’envie ne m’en manque pas je serai heureuse et fière de faire un heureux ou une heureuse qui n’auraIt plus la trouille et la faim au ventre mais nous avons une grande famille déjà, car ns avons déjà recueillie
      2 vieux chevaux un âne Bourriquet, un lièvre que nous avons sauvé et qui se prend pour un chien et 3 chiens et deux chats adoptés
      Mais lorsque nous le pourrons car il faut être raisonnable , ma maison en accueillera un ou une gargouille si mon dossier est accepté afin de lui montrer que les humains ne sont pas tous méchants
      Martine Beau

      Répondre
  • 15 septembre 2019 à 14 h 13 min
    Permalink

    Hello
    Comme c’est bien dit!
    Sauf que lorsqu’on aime à la folie,peu importe qu’on nous le rende,cet amour,ce qui compte ,c’est que toi, le Galgo si courageux, tu sois enfin apaisé, en sécurité, sans faim ni soif,sans froid et fournaise..
    Peu importe que tu restes peureux ou lointain, ce qui compte c’est que tu sois sauvé
    Quand on aime, c’est gratuit, et si c’est réciproque, c’est bonus…
    Ils sont merveilleux, ce sont des amours, et lorsqu’on les aime, rien que de les admirer tous les jours, les regarder, c’est un régal de l’âme
    N’est ce point suffisant, quelle chance que de vivre avec ces chiens si formidables

    Répondre
  • 15 septembre 2019 à 13 h 47 min
    Permalink

    Ces merveilleux toutous que sont les Galgos, Podencos, etc …… méritent tellement tous une nouvelle belle vie dans une chouette famille (ou personne seule) aimante. Ces toutous ont vécu le pire par des êtres ignobles et lâches, il faut leur laisser le temps de s’adapter à leur nouvelle vie, aux codes humains, à tout ce qui est tellement nouveau pour eux. Mais avec de la compréhension, de la patience, de l’empathie, de la générosité et tellement d’amour, que de résultats obtenus pour ces courageux toutous qui ont tant d’amour à donner. Heureusement qu’il existe une Association telle Lévriers Sans Frontières !!!!!

    Répondre
  • 15 septembre 2019 à 11 h 57 min
    Permalink

    Beaucoup d’émotion ce matin à la lecture du blog, beaucoup de conseils aussi à appliquer à la lettre…Nos galgos sont des êtres sensibles ayant connu l’indicible de la part de l’humain…Beaucoup de patience,d’attente et d’amour…de frustration aussi…si on essaie d’oublier leur passé.Ne pas vouloir aller trop vite…savoir prendre ce qu’ils sont en mesure de nous donner…être heureux de chaque pas en avant…l’amour fait des miracles!!!!

    Répondre
    • 15 septembre 2019 à 13 h 10 min
      Permalink

      Moi aussi je pleure, comme chaque fois que je lis vos nouvelles Chère Madame Brochot et tous les gens au grand cœur qui vous entourent en Espagne et en France. Je vous dis à TOUS, mille bonnes choses, de grands merçi, plein de caresses et d’amour et de bisous bien tendres à tous les chiens merveilleux que vous sauvés. Bien sincèrement, Patricia MARTIGNENE.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *