Par amour pour toi mon Beetho …

Je vais vous parler de Beethoven mon gros nounours de 8 mois.

Il est tellement grand qu’on en oublie son jeune âge… Ce n’est encore qu’un bébé mais voilà un bébé tout cassé et mal voyant, un bébé mal né que les bénévoles de Tobarra se sont acharnés à sauver, coûte que coûte, à tort ou à raison ?  

Je me suis souvent  posé la question, est-ce qu’on a le droit de laisser vivre un chiot aussi handicapé que lui ?

Aujourd’hui j’ai la réponse.

C’est OUI !!

Il est arrivée le 18 mai mal en point, le voyage a été une épreuve pour lui, il ne marchait plus alors nous l’avons fait hospitalisé à Créteil chez notre vétérinaire orthopédiste.

Pendant une semaine nous ne savions pas s’il allait survivre, on aurait dit qu’il n’avait plus envie de se battre et puis au bout de 5 jours il a commencé à se relever, puis à marcher, pas à pas il a repris goût à la vie.

Le diagnostic, pas  folichon du tout, malformation au niveau des articulations, dysplasie, le tableau dressé est très sombre.

 Et comme vous le savez chez LSF on ne laisse jamais tomber alors la décision fût prise dans le feu de l’action, on allait le rafistoler, la patte avant en premier puis les pattes arrières.

Jamais je n’aurais imaginé me retrouver avec un chien de cette taille à la maison, jamais.  En fait il était adopté, c’est la raison pour laquelle je l’ai remonté en France. Mais voilà son adoptante s’est désistée face à l’ampleur de ce qu’elle pensait être une charge trop lourde à porter. Je ne lui en veux pas mais elle aurait pu juste au moins essayer, c’était tellement plus facile de me le laisser sur les bras.

Je suis donc rentrée à la maison avec ce gros bébé dans ma voiture, que pouvais-je faire d’autre ? Tout le long du trajet j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps sur son triste sort et je le regardais dans mon rétroviseur, il était encore si fatigué …

Oh rien n’a été facile au début, il avait peur de mes chiens, il ne mangeait pas et il se laissait complètement aller, j’étais obligée de le porter et il restait souvent seul dans un coin à dormir.

Et puis peu à peu il s’est ouvert à la vie et chaque jour je le voyais changer, évoluer et surtout  je voyais son squelette se redresser, il marchait de mieux en mieux, il s’est mis à courir avec les autres chiens, puis à jouer comme un Bébé , qu’il est !!

Mon Beetho, c’est un grand sensible et j’ai appris peu à l’aimer, ça ne s’est pas fait tout de suite, il m’a fallu du temps pour tisser un lien avec lui.

C’est un chien particulier, un rien le perturbe et parfois  il se ferme comme une huître alors  on ne peut plus rien obtenir de lui.

 Mais j’ai appris à gérer tout ça, ses émotions, le fait qu’il soit très têtu, et oui quand Beetho ne veut pas et bien  il se couche  tout simplement !!

 Il sait fort bien  que je ne peux plus le relever et il en joue

Il se dirige parfaitement dans toute la propriété, il est parfaitement autonome et en connaît maintenant tous les recoins, il va, il vient, il est libre comme l’air.

C’est un chien très sensible au changement d’environnement, j’ai appris à le connaître, il est fragile psychologiquement, dans sa tête tout est chamboulé aussi.

Aujourd’hui, c’est à moi de prendre son destin en main et de me poser les bonnes questions.

 Ai-je le droit de lui infliger toutes ces interventions lourdes ?

Trois arthrodèses ce n’est pas rien, c’est beaucoup de souffrances et de longues hospitalisations.

Est-ce qu’il va les supporter, est-ce qu’il va se relever ?

Et quel bénéfice va-t-il en tirer ?

 Qu’est-ce que cela va lui apporter une fois qu’il aura trois articulations bloquées ?

Il est encore en pleine construction et les conséquences vont être désastreuses pour son équilibre aussi physique que mental.

Lui qui vit si bien avec ses handicaps, lui qui ne souffre pas.

Est-ce que j’ai le droit de lui imposer ce long chemin de croix ?

J’ai beaucoup réfléchi.

La réponse est NON, je n’ai pas ce droit.

Alors j’ai décidé de ne pas le faire opérer et puis il ne supportera pas une longue hospitalisation

Beethoven vivra ce qu’il a à vivre, combien de temps ? Je ne sais pas, des années peut-être…

Je sais par expérience que l’amour peut faire des miracles…

Je veux qu’il vive dignement et sans souffrance même si c’est peu de temps, le temps ne compte pas l’important c’est ce qu’on y met dedans.

Le droit à une vie digne et sans souffrance, le droit aussi de lui rendre sa liberté le jour où il ne pourra plus marcher, c’est ce que je veux pour lui et je suis certaine aujourd’hui que c’est ce qu’il veut lui aussi.

Je veux lui faire ce cadeau-là par amour pour lui

Je ne peux pas et je ne veux pas le garder à la maison parce que  je suis certaine qu’il sera mieux ailleurs, dans une famille qui aura plus de temps à lui consacrer.

Il est très demandeur d’attention, il a soif d’apprendre et de faire plaisir, c’est un chien plein de tendresse, il a beaucoup d’amour à donner et à recevoir aussi.

Je cherche pour lui une famille qui lui offrira tout ça, une famille tranquille qui ne lui demandera pas ce qu’il est dans l’incapacité de donner et sans enfants en bas-âge car il peut être réactif aux gestes brusques.

Attention je ne veux pas qu’il passe sa vie dans une ferme au cul des vaches, j’ai déjà eu des demandes qui allaient dans ce sens.

Je mets régulièrement des vidéos de lui sur mon FB https://www.facebook.com/odile.brochot

Si vous désirez des renseignements sur lui n’hésitez pas à m’appeler au 0660153750.

https://www.levriers-sans-frontieres.com/category/galgos/france/

9 pensées sur “Par amour pour toi mon Beetho …

  • 25 juillet 2019 à 23 h 08 min
    Permalink

    L’an dernier, mon croisé Rottweiler de maintenant 12 ans a eu une tumeur pulmonaire. On l’a opéré, et il s’avère que c’est une tumeur maligne, pouvant possiblement récidiver. Je suis très contente d’avoir pris la décision de la chirurgie, car depuis un an il est encore là, en forme pour son âge malgré pas mal d’arthrose. Mais on a pris la décision avec mon compagnon qui est vétérinaire, de ne pas opérer les poumons une deuxième fois si jamais ça recommençait. Parce qu’on s’est fait exactement cette réflexion : ce n’est pas la quantité de temps à vivre qui est importante, mais la qualité et le confort de vie. Nos chiens vivent dans l’instant présent sans se projeter. Ce qui leur importe c’est de bien vivre « maintenant », ils ne peuvent pas comprendre 6 mois de souffrance pour « ça ira peut être mieux plus tard ». Alors je suis d’accord avec votre décision, si vous pensez que sa qualité de vie actuelle est assez bonne, c’est l’essentiel.
    Bonne continuation !

    Répondre
  • 25 juillet 2019 à 15 h 35 min
    Permalink

    Très bonne decision Odile
    Nous en avions parlé lorsque je suis venue adopter Jara
    Gros câlins à Beethoven

    Répondre
  • 25 juillet 2019 à 14 h 06 min
    Permalink

    Ta décision est très bonne et Beethoven, très certainement, t’en es reconnaissant ! Pour avoir une ST Bernard de +de 8 ans..et tout comme Beetho elle est têtue et sait fort bien que je ne lèverais pas ! elle en joue et en rigole car son regard est parlant mais….tout en paraissant un chien bourru elle est d’une sensibilité incroyable ! Un exemple très récent…l’arrivée de Théo…elle sait qu’il est malade et elle fait très attention de ne pas le bousculer, tout simplement elle en prend soin, elle le surveille du coin de l’oeil !! Ce sont des gros nounours plein d’amour, d’attention et de bon sens ! J’espère que Beethoven trouvera une très bonne famille.

    Répondre
  • 25 juillet 2019 à 12 h 11 min
    Permalink

    Bonjour Odile, je pense que vous avez dû pleurer en écrivant ces lignes, j’ai moi même eu la gorge serrée en vous lisant. Vous avez fait le bon choix, je l’ai déjà moi-même assumé à deux reprises. Même si cela peut paraître cruel ou arbitraire, c’est par amour que nous le laissons partir pour le repos éternel, sans souffrance et avec nous à leur côté. L’essentiel c’est que le temps qu’il a soit le meilleur possible. Bonne chance à Beethoven

    Répondre
  • 25 juillet 2019 à 10 h 01 min
    Permalink

    J’ai une Léo handicapée et qui vit une belle vie.
    Je suis Présidente d’Adoption Léonberg, si vous voulez qu’on le place, pas de problème.
    No adoptions sont suivies et sérieuses.

    Répondre
    • 25 juillet 2019 à 10 h 13 min
      Permalink

      Je vous contacte par mail

      Répondre
    • 26 juillet 2019 à 8 h 31 min
      Permalink

      Madame, ce que vous écrivez est magnifique, touchant, plein d’empathie et d’amour, vous êtes une belle personne… j’espère que tout ira bien pour ce jeune chien et que de bons adoptants lui offriront la belle et douce vie qu’il mérite…

      Répondre
  • 25 juillet 2019 à 9 h 15 min
    Permalink

    Bonjour Odile oui je pense que tu as pris une bonne décision . Quand tu vois qu’il a mis plus de 5 jours à s’en remettre . Il ne le supporterait pas . Il a appris à vivre avec ces handicaps et il est bien comme ça . C’est dommage que tu n puisses pas le garder il est tellement bien chez toi . Bon courage car je sais qu’il fait très chaud en France surtout dans le Nord . Ici en Espagne il fait moins chaud . Les ventilos sont de rigueurs et la nuit on met la clime sur 21 . Les 5 loulous vont bien. Bisous

    Répondre
  • 25 juillet 2019 à 9 h 10 min
    Permalink

    Je pense que votre choix est le bon Odile , c’est une expérience que j’ai vécue avec un de mes huskies très lourdement handicapé Adopté à 9 mois dans un élevage après avoir croisé son merveilleux regard, Son arrière train ne s’était que partiellement développé , genoux complètement tournés vers l’extérieur , postérieurs plus courts, colonne vertébrale déformée, (probablement un choc à la colonne vertébrale à 2 mois) il se nourrissait des excréments de ses copains car pas assez rapide pour accéder correctement à la nourriture , mais infiniment courageux et les yeux pleins de lumière Bien sûr j’ai consulté pour lui, un des meilleurs spécialistes nantais et j’ai longtemps hésité devant la « barbarie  » de ce qui l’attendait si j’acceptais l’opération ; une patte après l’autre avec une longue tige de métal à l’intérieur pour redresser les os , immobilisation pendant de très longs mois Alors j’ai dit non au chirurgien très contrarié par cette décision Petit Coyotte a grandi parmi mes autres chiens, il a développé un torse très fort qui lui permettait de tracter son train arrière qui le faisait marcher comme un crabe, il courait , jouait, heureux, joyeux, infiniment doux et sensible comme le sont souvent les animaux « différents » lorsqu’ils sont aimés . Il est parti à près de 14 ans d’une crise cardiaque, en quelques minutes, comme un soleil qui s’éteint Pendant toute ces années je lui ai simplement donné de la glucosamine et de la chondroïtine , et , malgré ses déformations il n’a pas développé d’arthrose handicapante (était-ce le bon remède???) Aucun regret il était heureux et nous rendait heureux , magnifique Petit Coyotte

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *