Les blablas de la Présidente d'LSF / Les faux-culs c'est comme les escargots …

Quand vous entrez dans une perrera (fourrière espagnole), vous entrez dans les couloirs de la mort.

Il y a des tas de chiens, de toutes races, de tous âges qui portent des numéros autour du cou, chaque jour certains d’entre eux passeront le mur de l’arc-en-ciel, dès que le délai légal aura sonné.

De celle d’où nous avons sorti Ying et Yang, de race galgo, nous avons sauvé d’autres chiens mais pas que des Galgos et visiblement certaines personnes trouvent à y redire.

J’aurais donc bafoué l’éthique de Lévriers sans Frontières en sauvant ces quelques vies et dépensé l’argent de l’association à mauvais escient en les plaçant dans une pension payante.

FAUX puisque mon appel aux dons sur les réseaux sociaux  nous a permis de récolter 2000 euros et que cet argent paiera en intégralité les pensions de nos petits rescapés.

Rien n’a été anticipé, tout s’est fait sous le coup de l’émotion et je ne regrette rien.

Si je ne l’avais pas fait je ne pourrais plus me regarder dans une glace.

Et si j’y retourne je le referai.

Comment peut-on imaginer entrer dans un endroit tel que celui-là, qui pue la mort, pour n’en sortir qu’avec  deux chiens parce qu’ils sont de race Galgo et fermer son cœur aux autres qui vous regardent comme si vous étiez leur seul espoir.

Je ne cherche absolument pas à me justifier, les décisions que je prends sont toujours en faveur des animaux et peu importe pour moi ce que mes choix ou mes décisions  me coûteront en ragots, j’ai le dos tellement large…

C’est juste que certaines personnes blablatent dans mon dos alors qu’elles n’ont  jamais mis les pieds en Espagne, je leur conseille d’aller mettre un jour leur nez dans la merde, dans le sang et dans la mort.

C’est plus  facile de faire de la Protection animale  à distance, croyez- moi …

Il y a encore des regards qui me hantent, comme celui de ce chien marron que je n’ai pas choisi et je me repasse souvent le film de ce moment épouvantable ou j’ai pu sauver quelques vies que j’ai choisies, quelle horreur, 15 au hasard et j’ai laissé les autres, tant d’autres…sans parler de ceux qui sont morts comme cette petite que j’ai réchauffé un instant…

OUI juste quelques vies ramassées comme ça au hasard et à la va vite mais pas des Galgos et c’est ce que certaines personnes me reprochent aujourd’hui.

Triste réalité que celui de la protection animale avec tous ces pseudos protecteurs qui y gravitent telles des mouches à merde.

A bientôt Maryline, à bientôt mes petits amours…

Non ce n’est pas une histoire Belge, c’est une histoire vraie

A bon entendeur SALUT !!


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *