Alida, la fin par la faim , une lente agonie pour des milliers de Galgos en Espagne ..Galga à parrainer et à adopter via LSF

Il fallait la voir déambuler au milieu des chiens de l’infirmerie, une vision d’horreur face à ce petit corps squelettique qu’on osait à peine toucher de peur de lui faire mal…

Pauvre Alida. Un squelette vivant que son galguero a emmené à la FBM pour s’en débarrasser avec cinq autres de ses congénères, tous en bien piteux état.

A quoi bon les nourrir quand ils ne servent plus à rien, telle est la philosophie des chasseurs espagnols qui n’ont aucune pitié, ni aucune compassion à l’égard de leurs chiens.

La fin par la faim, une lente agonie pour des milliers d’entre eux qui se meurent dans des gourbis infâmes, couchés à même le sol,  à l’abri des regards et dans l’impunité la plus totale.

Ceux-là n’entreront pas dans les statistiques des 50 000 galgos sacrifiés chaque année en Espagne au nom d’une tradition ancestrale, ceux-là seront les oubliés de ce terrible massacre.

Alida, petite martyre qui ne pesait plus que 14 kg pour 65 cm. Il s’en est fallu de peu qu’elle ne meure de faim. Quelques jours à peine sans doute.
Elle a bien sûr été transportée immédiatement à l’infirmerie. Elle était tellement faible qu’elle ne tenait plus sur ses pattes.

Les analyses de sang ont montré une très sérieuse anémie, et tout son comportement témoigne d’une apathie totale, tellement elle est fatiguée, notre pauvre petite Alida, tellement chaque geste minime est un effort pour elle.

L’après-midi, elle passait des heures allongées le long du mur de l’infirmerie, appréciant visiblement les rayons du doux soleil d’hiver qui réchauffait son petit corps squelettique et elle aimait par-dessus tout que l’on vienne s’asseoir près d’elle pour la caresser doucement.

La première fois que j’ai passé ma main sous son manteau, j’osais à peine la toucher tant ses os ressortaient, tant je sentais les plaies et les escarres sur chaque pointe de ses vertèbres saillantes.

Mais voilà, ses petits soupirs de soulagement m’encourageaient à continuer à caresser ce  petit corps squelettique, juste pour lui faire du bien, juste pour qu’elle se sente vivante et enfin aimée.

Elle bénéficie des meilleurs soins à la Fondation Benjamin Mehnert, le but étant qu’elle reprenne du poids doucement et de venir à bout de tous ces escarres qui lui rongent les chairs jusqu’à l’os et pour cela il faut beaucoup de temps.

Nous espérons qu’elle pourra voyager de 13 avril mais sans certitude, tout dépendra de sa capacité à reprendre du poids afin de pouvoir être vaccinée dans les délais et aussi d’être stérilisée.

Elle est n’a que deux ans et toute la vie devant elle…C’est un ange…

https://www.levriers-sans-frontieres.com/category/nos-chiens-actuellement-en-parrainage/

Vous pouvez la parrainer en faisant un don afin de nous aider à financer ses soins et bien sûr si vous avez un gros coup de cœur pour elle,

https://www.levriers-sans-frontieres.com/

n’hésitez pas à remplir notre formulaire de demande d’adoption en ligne via notre site.

11 pensées sur “Alida, la fin par la faim , une lente agonie pour des milliers de Galgos en Espagne ..Galga à parrainer et à adopter via LSF

  • 26 septembre 2019 à 23 h 29 min
    Permalink

    Les personnes qui ont fait ça ne sont pas des humains mais des monstres…comment peut on torturer ces pauvres chiens…ce sont des amis fidèles et d une telle gentillesse…j espère que ces salopards payeront les conséquences de leur cruauté… je ne pensais pas qu en Espagne…un pays si avancé qu on pouvait faire de telles choses

Commentaires fermés.