Ferme les yeux , je t'emmène avec moi dans mon monde d'autrefois…Je suis un Galgo…

Je suis un Galgo,

S’il te plait ne me demande pas ce que je suis dans l’incapacité de te donner.

Je suis un Galgo

 S’il te plait, laisse-moi te dessiner mon monde d’autrefois

Ferme les yeux et viens avec moi

Je t’emmène, loin du paradis que tu m’offres aujourd’hui.

Sombre, il fait si sombre, je ne sais plus si c’est le jour ou la nuit.

Le temps ne compte pas ici, le temps n’a plus d’importance.

Enchaîné, muselé parfois, couché à même le sol

J’ai faim, j’ai soif, j’ai mal, j’ai froid

J’entends le bruit de ses pas, j’entends la porte qui grince, j’entends son souffle qui se rapproche.

Peur, j’ai tellement peur, je me recroqueville pour me faire invisible.

Il est nerveux, il frappe à coups de botte, qui sera sacrifié aujourd’hui

Il en choisi deux mais pas moi

Il referme la porte, je les entends hurler au loin, puis le silence.

Et j’ai toujours aussi faim, toujours aussi peur

Qu’adviendra-il de moi demain ?  Je ne sais pas.

Je suis un Galgo martyr d’Espagne

Tu m’as choisi, tu m’as sauvé, tu m’as idéalisé.

Tu penses que seul l’amour suffira.

Tu exiges de moi de la reconnaissance à l’infini.

TOI, toujours TOI l’humain.

Tu m’aimes, tu me serres, tu me caresses, tu me veux tendre et affectueux.

Tu me veux comme toi tu as décidé que je sois.

Mais moi l’amour je ne connais pas

Le contact physique que tu m’imposes est une violence extrême.

Qui me glace et qui renforce ma peur de toi.

Toi qui m’a tant frappé autrefois.

LUI ou TOI

Elle est ou la différence.

Laisse-moi loin , laisse-moi t’observer

Tu verras un jour je viendrais vers toi, attend-moi

Comment veux-tu que je sache que cette main qui m’a tant frappé jadis ne me veut que du bien aujourd’hui ?

Ne me regarde pas comme ça, je suis un chien et je communique par le regard.

Apprends à me connaître, apprends mon langage avant d’exiger de moi que je comprenne le tien.

Attends-moi, ne sois pas aussi pressé, j’ai besoin de temps pour apprendre à t’aimer.

Ce qui est une évidence pour toi ne l’est  pas pour moi.

Je suis un chien, un être vivant différent de toi, ne l’oublie pas

Je ne suis pas une chose que tu pourras modeler à ta façon

C’est toi qui va devoir t’adapter à moi et pas le contraire.

Pas à pas je viendrai vers toi et un jour je croiserai ton chemin.

Un jour on s’aimera mais pas tout de suite

Je ne comprends pas tes mots mais je sens ton odeur

Je sais anticiper tant de choses dont tu n’as même pas idée.

Toi et moi on est différent,

Je suis un chien, toi tu es un humain

Ne l’oublie pas et ne pense pas que seul l’amour suffira

Ne pense pas que je vais tout te donner parce que tu m’as sauvé

Le lien entre toi et moi va se tisser, un jour je franchirai ce grand fossé  qui me sépare de toi

Mais ne me demande  pas de le sauter tout de suite

Attends-moi  je vais venir pas à pas, je te l’assure un jour  je vais t’aimer,

Différemment peut-être mais je vais t’aimer.

N’attends pas de moi ce que je ne pourrai peut-être jamais  te donner.

Proche de toi, tendre et câlin, peut-être un jour mais pas tout de suite.

Ou jamais je ne sais pas….

Tout est si  compliqué dans ma tête.

Je suis un Galgo traumatisé parce que j’ai été maltraité, torturé.

Et je ne peux pas oublier tout ça en un coup de baguette magique.

Non, tu n’es pas une fée

N’oublie pas d’où je viens.

D’un pays pas si lointain mais d’un pays où je ne suis rien

Je suis un Galgo martyr d’Espagne

Si tu m’adoptes, tu devras m’attendre et me comprendre

Si tu n’es pas prêt à tout ça, ne m’adopte pas.

Parce que je ne mérite pas d’être abandonné

Tu n’as pas le droit de me faire ça.

Je dédie ce texte à tous ceux qui ont été abandonnés cette année…


 
 

38 réflexions sur “Ferme les yeux , je t'emmène avec moi dans mon monde d'autrefois…Je suis un Galgo…

  • 21 décembre 2018 à 0 h 17 min
    Permalien

    Odile je vous adore. Est-ce-que les gens se rendent compte de votre sensibilité ?
    Moi oui !!

  • 20 décembre 2018 à 21 h 21 min
    Permalien

    C’est beau, émouvant ca retourne…et c’est tellement vrai

  • 20 décembre 2018 à 20 h 30 min
    Permalien

    Oh que de vérités dans ce texte émouvant…
    Bien sûr que les galgos ont presque tous souffert au delà de ce que nous pouvons imaginer mais de toute façon, qu’on adopte un galgo ou n’importe quel autre animal dans un refuge, c’est à l’adoptant de s’adapter à leur nouveau protégé et pas l’inverse. Si 100% des adoptants appliquaient cette démarche, il y aurait 0% de retour ! Personnellement, nous avons toujours fait ainsi à chaque nouvelle adoption et avec de la patience et l’acceptation pour chaque nouvel arrivé de son droit à la différence, nous sommes toujours parvenus à établir une belle relation avec nos animaux. Quand on n’attend rien de l’autre, on ne peut pas être déçu et chaque petit pas qu’il fait vers vous devient une victoire.

  • 20 décembre 2018 à 19 h 48 min
    Permalien

    C’est très beau et très émouvant!
    Heureusement, j’ai suivi les conseils de Véro, j’ai pris le paquet de mouchoirs…

  • 20 décembre 2018 à 16 h 22 min
    Permalien

    Quel beau texte Odile, c’est très triste mais la réalité c’est celle là, lorsque tu m’as confié Mila je ne connaissais rien aux galgos, j’ai cru tout bêtement que c’était un chien comme les autres, juste avec de la souffrance en plus, Mila était douce et tranquille puis j’ai adopté Capone et je me suis rendu très vite compte de l’ampleur de la tâche si je peux dire, un Capone hyper attaché et destructeur, il a fallu que je comprenne et que je LE COMPRENNE, lui, ce chien qui venait de là-bas, oh il ne m’a pas fallu bien longtemps pour l’analyser et m’adapter à son comportement, à présent je fais en sorte d’éviter tous ces petits tracas même si cela se reproduit de temps a autres, mes deux fifilles ont d’autres soucis bien a elle, comme Iris qui n’ose pas manger si je ne suis pas près d’elle ou Lili qui tremble devant les inconnus, non, n’oublions jamais d’où viennent nos galgos et ce qu’ils ont vécus, j’adore mes trois zouzouilles et je sais que je suis tout pour eux, il faut les prendre comme ils sont, les accepter comme ils sont ou alors on en adopte pas, ils ne sont qu’amour et pour ceux et celles qui les comprennent et les attendent vous seraient au paradis avec eux

    • 20 décembre 2018 à 18 h 43 min
      Permalien

      Je partage votre commentaire, complètement…
      J ai 3 galgos aussi, et on ne doit jamais oublier les souffrances…elles sont au fond d eux.
      Amour, Amour, Patience, Patience,…C est la seule thérapie dont ils ont besoin..

  • 20 décembre 2018 à 14 h 23 min
    Permalien

    Hier, le jardin était triste, tout mouillé, froid, alors le club des trois a préféré rester dans les canapés et du coin de l’oreille, j’ai perçu leur conversation, trop mignonne mais aussi trop touchante…..Evidemment c’est Dona qui a lancé le sujet « Au fait, on a jamais le temps de causer, surtout si la famille est là parce qu’alors nous sommes en promenade ou vous, messieurs, à faire les grands couillons dans la pelouse..Ou vous étiez avant….? » Edward, le plus fort en gueule ricane « be, j’ai été assez futé pour me sauver très jeune mais par contre j’ai du rencontrer une voiture qui s’est pas genée pour me briser les deux pattes avant….heureusement des bienveillants étaient là et je me suis fait opéré à la FBM; je n’ai donc pas été très malheureux longtemps mais j(ai eu un chagrin de coeur, car Elle, qui est venue de Normandie, m’a littéralement abandonné au bout d’un mois sans jamais prendre de nouvelles auprès de Maman…..J’ai été triste, mais ça n’a pas duré longtemps, parce que je vous ai rencontrés les copains…Mais toi, le grand black, eh nino, tu pourrais causer un peu aussi!!!! »; »Oh, tu sais je suis l’ombre de mon ombre, tu n’as jamais su ce que j’ai enduré, tu n’as pas compté mes cicatrices et tu ne pourras encore moins compter mes bleus à l’ame…Je vais mieux, maintenant je montre mes envies ,soit les pressantes, si tu vois ce que je veux dire, soit la bouffe, soit le désir de caresse ; t’as bien vu, hier, quand Maman a tiré les rideaux de la cuisine, j’ai osé lui attraper le bras avec ma patte pour qu’elle n’oublie pas la caresse miracle qui me permet maintenant de lui offrir mon ventre…J’me surprend moi-meme, mais, Edward, je pense que tu m’aides beaucoup avec ta jeunesse et ta folie et ta confiance aveugle, et les grandes courses acharnées dans le jardin…Décidément, je crois que tu m’aides beaucoup à comprendre les deux humains qui vivent avec nous….Je commence à y parvenir…Et toi, ma Dona à coté de qui je dors sans trop savoir grand chose ‘c’était quoi avant ? »; « Faut-il vraiment en parler….j’étais une reproductrice…J’en ai chié des morpions, au bout de ma chaine dans le noir, avec seulement du pain pour toute nourriture, et je ne sais pourquoi ni comment un jour je me suis retrouvée dans un petit refuge, délivrée de ces males affreux qui me faisaient trembler……puis après un long voyage en cage, j’ai rencontré les deux bipèdes qui nous offrent le confort……j’ai de suite interdit à quiconque de s’approcher de celui que je nommais déja Papa et ce en grognant, dès fois qu’il ne veule plus de moi et en préfère un autre…..en arrivant à la maison, je fauchais tous les morceaux de pain qui trainaient, pour faire des provisions et je les planquais sous le canapé jusqu’au jour ou j’ai compris que là je n’aurai plus jamais à souffrir de la faim…..et bla bla bla » alors je réflechissais : trois chiens, trois histoires différentes, trois approches opposées :Edward et vas-y que je t-envahisse littérallement…Aucun pb d’approche ; Dona, beaucoup plus timide, au début, pas de gestes brusques, pas de mots plus fort que l’autre, et puis rapidement un comportement possessif complet qui ne laissait pas une place au pauvre nino; quant à Nino, le grand Ténébreux, comme je le nommais au début….pas question de le regarder, pas question d’etre dans la pièce ou il mangeait, pas question de s’approcher, pas question de le caresser dans le jardin…Alors, il a décidé quand il pouvait, quand il voulait, quand celà lui plaisait et au bout de quinze mois il se civilise tout doucement et confidence pour confidence, je crois qu’il emporte ma préférence………

  • 20 décembre 2018 à 13 h 00 min
    Permalien

    Très beau texte et tellement vrai… J’y retrouve en tout point mon Loumy (ex-Cheesecake). Il fait partie de ma vie depuis 4 ans et demi déjà. Il a fait d’énormes progrès et continue à en faire, mais il suffit de si peu de choses pour qu’il retrouve ses peurs et ses paniques… Je crois qu’il m’a adoptée et qu’il me fait confiance, on se connaît bien maintenant, du moins je le pense. Il est tellement adorable et gentil, même si souvent je vois passer dans ses beaux yeux un nuage de tristesse ou d’inquiétude. J’ai l’impression qu’il me questionne et qu’il a besoin que je le rassure. Mais peut-être n’est-ce que ma vision d’ « humaine »… Je ne pourrai jamais comprendre l’abandon.

  • 20 décembre 2018 à 11 h 10 min
    Permalien

    envie de pleuré quand je lis votre texte c’est vrai il faut beaucoup d’amour et patience ma noiraude viendra quand elle le voudra bientot 4 ans mais elle a fait pleins pleins de gros progres et je l’aime comme elle ai

  • 20 décembre 2018 à 11 h 10 min
    Permalien

    Merci Odile que de verite!pauvre martyr! Mais quand le gouvernement ouvrira les yeux! J ai adopter un chien de la réunion qui avait souffert dans la rue..il en a garde toujours des séquelles:des cris la nuit impossible la nuit de l approcher des cauchemars continuels….et cette crainte de l homme qui il ne connait pas…je l ai aime comme il était j ai accepte et il me le rendait bien…il vient de partir après 10ans….la maison est vide .je n ai jamais regrette mon geste que j avais d abord fait pour rendre un chien heureux et non pour avoir un chien parfait!!!le chien est toujours reconnaissant de votre geste. Mais quelque fois vous ne le voyez pas car son corps meutri ne répond plus …essayez de le comprendre et donnez l amour que les autres n ont pas donner….donnez du bonheur a un pauvre galgos n est ce pas déjà un bonheur en soi! Que ce soit dans les îles en Espagne,Tunisie,Chine,le chien doit reprendre sa place d animal de compagnie,il doit être aime et respecte,car il souffre tout comme nous….merci Odile vous êtes une femme au grand coeur,vous avez beaucoup de courage,vous faites avancer les choses ,et grâce a vous ,au chemin que vous avez trace les gagos arriverons un jour a être Libres et heureux…….

  • 20 décembre 2018 à 11 h 08 min
    Permalien

    Ce texte est si beau mais si vrai que tous les futurs adoptants devraient le lire et le relire et s’en imprégner …..bienque leur geste d’adoption soit méritant il y en a tant qui ne connaisse que la surface c’est à dire les « galgos marthyrs » ce texte est bien plus profond il faut vraiment que du manière ou d’une autre , vous leur fassiez lire et relire……

Commentaires fermés.