Les blablas de la présidente d'LSF / Il y a dix ans déjà…

Il y a 10 ans déjà que je suis tombée en amour pour les galgos, aujourd’hui encore je n’arrive pas à expliquer pourquoi, ni vraiment comment, ce fut juste le fruit du hasard, la destinée….

Un jour et quel jour….

Je traînais sur Internet, ce n’était pas le haut débit à l’époque et j’y faisait mes premiers pas… et là je suis restée scotchée à mon écran lorsque j’ai vu toutes ces horribles photos de galgos pendus, mutilés, affamés…

Le martyre des galgos en Espagne, je n’en avais jamais entendu parler et j’avais l’impression d’être dans un autre monde, jamais je ne me serais imaginé une telle horreur à deux pas de chez moi dans ce pays où j’étais souvent allée en vacances l’été, dans ce pays que j’aimais et que j’aime encore d’ailleurs.

Je n’ai jamais ressenti de haine envers les Espagnols, vous savez comme certains qui disent qu’il faut boycotter ce pays et qui condamnent son peuple ; moi, je condamne ses traditions ancestrales et c’est tout, jamais je n’ai fait d’amalgame et jamais je ne me suis trompée de combat, c’est peut-être pour cela que je tiens dans la durée…

Ces images ne m’ont plus jamais quittée et j’ai su à cet instant que ma vie allait changer et que rien ni personne ne pourrait m’arrêter dans cette course folle à les sauver.

J’ai adopté ma première galga Deva, mais ça ne me suffisait pas et je me suis lancée à corps perdu dans ce combat. Très vite j’ai fait mes premiers pas en Espagne parce que je voulais voir de mes propres yeux si tout cela était une réalité et j’ai vu l’enfer dans lequel vivaient ces chiens.

Bouleversée, je ne sais même pas si le mot est assez fort, non je ne crois pas…

Transpercée pourrait peut-être mieux imager ce que j’ai ressenti, oui car c’est comme si j’avais pris un coup de poignard dans le ventre, qui m’a laissé  une blessure qui ne s’est jamais refermée.

Pour eux j’aurais pu tout perdre et j’ai pris un virage à 90 degrés, fini ma vie d’avant, je n’avais plus envie parce que tout me paraissait futile, j’ai perdu les amis qui ne m’ont pas compris, tout le monde pensait que ça allait me passer un peu comme quand on décide de se mettre au sport ….mais moi je savais que ça ne me quitterai jamais..

Je dis toujours que c’est un peu comme ceux qui rencontrent Dieu pour la première fois, moi qui n’y crois pas, j’ai entendu ou lu des témoignages comme ça où tout d’un coup on est comme possédé par quelque chose qu’on ne maîtrise pas, un appel de là-bas, une voix qui vous dit « viens »

Je me suis parfois demandé si je ne devenais pas folle à lier tant j’étais devenue obsédée, oui c’est le mot juste, par EUX, EUX les galgos pour lesquels je m’investirais jusqu’à mon dernier souffle, ça je le sais et j’ai même peur parfois de vieillir parce que j’ai peur de ne plus être là pour eux…

Lorsque je suis entrée en PA (protection animale) moi, je croyais que tout le monde était beau et gentil, j’ai été naïve et on m’a rouée de coups, on a tenté de me mettre à terre souvent mais toujours j’ai su garder la tête hors de l’eau même dans les moments les plus sombres parce que je les entendais m’appeler.

Un amour passionnel, celui qui ne vous quitte jamais et qui parfois peut vous anéantir si vous n’y prenez pas garde car la PA peut vous briser en mille morceaux.

15 pensées sur “Les blablas de la présidente d'LSF / Il y a dix ans déjà…

  • 25 juillet 2018 à 7 h 29 min
    Permalink

    La PA (protection animale) est source de satisfactions et de rencontres fabuleuses quand on réussit à concrétiser de belles choses. Mais c’est aussi un domaine dévalorisée car « les humains sont une cause + importante ; enfin : un peu de sérieux ! »… Il n’y a pas de petites ou grandes causes, il y a agir, s’élever en paroles en actes contre toutes formes d’injustice, cruauté, perversité et exploitation de l’animal. Et très souvent, on constate que la détresse des animaux rejoint celle des humains. On constate également beaucoup de prise de pouvoir et rivalité par des personnes elle-mêmes en quête de reconnaissance ou réparation de leur propre blessure, donc déformée dans leur prise de position. Vous êtes courageuse, intelligente et agissez avec votre coeur… et votre foi en votre combat, Madame, car vous avez la foi à votre façon. Félicitations et merci pour les beaux moments que vous concrétisez, par ce dont vous témoignez, par votre expérience généreusement partagée. Merci d’être vous-même, d’être là. Je sais l’énergie morale et physique, les moyens que cela demande et je reste à vos côtés.
    Bien cordialement, caressses à vos loulous

    Répondre
  • 24 juillet 2018 à 20 h 55 min
    Permalink

    10 ans … c’est un long chemin semé de regard triste,de douleurs, et de cauchemars, ohhh comme je vous comprends quand vous dites que dans vos nuits ce sont les hurlements que vous entendez encore…ce qui vous anime c’est ce qu’on appelle la Grinta, cette détermination qui vous pousse à toujours aller plus loin , elle sort des tripes du plus profond de vous même, une belle énergie qui met en lumière tous ces regards et tous ces êtres fragiles jeunes ou vieux, en bonne santé ou cabossé, voir abîmé par un si lourd passé, vous savez y trouver toujours le coté positif …. voir une étincelle dans leurs yeux,
    Alors, je vous souhaite encore 10 autres années sur ce chemin, accompagné de votre équipe et de ces familles qui auront trouvé un écho dans votre combat …

    Répondre

Répondre à Monica Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *