Les blablas de la présidente d'LSF/ Repartir…

Lorsque je rentre d’Espagne j’ai de plus en plus de mal à retrouver mon équilibre .

C’est comme un poids qui devient de plus en plus  lourd à porter et j’ai le sentiment de ne plus être à ma place ici et dans cette PA là.

PA Protection animale et qui devient peu à peu une sorte de bizness , le but dans la majorité des cas n’étant plus de faire un geste du cœur en adoptant un galgo mais bel et bien d’acheter un chien pas cher dans une asso, peu importe laquelle et  qui devra se couper en quatre pour remporter le marché, livraison à domicile, tarif, service après-vente et foutage de gueule compris.

Voici à quoi nous sommes confrontés chaque jour.

Alors je me repasse le film des âmes brisées et des corps meurtris que j’ai laissé là-bas et chaque jour je me demande pourquoi je suis là et je n’ai qu’une idée en tête, repartir….

Combien de formulaires reçus et qui font plouf, envoyés on se demande bien pourquoi d’ailleurs puisque lorsque le délégué prend contact il n’a pas de réponse, combien de visites pré- adoption effectuées à domicile pour rien, on se déplace et ensuite plus de nouvelles des postulants, traités comme des commerciaux à la botte du client.

Il y a ceux aussi qui craquent pour tel chien et pas un autre, sans se préoccuper de savoir si celui-ci correspondra à leur mode vie, peu importe pour le chien, le principal étant de se faire plaisir.

Il est trop vieux, trop petit, trop grand, trop foncé, pas assez…et j’en passe..

Il faut qu’il soit propre, calme,affectueux, qu’il ne tire pas en laisse, qu’il n’aboie pas, qu’il soit sage comme une image, qu’il n’ait pas peur surtout ..

Dans ce cas-là il ne faut pas adopter un galgo, moi j’ai pas ça en stock.

Ce sentiment de ne plus appartenir à ce monde-là est de plus en plus récurrent parce que je suis là pour sauver des galgos , je ne suis pas là pour faire la promo ni vendre des chiens et  je n’ai à recevoir de leçons de personne.

Ceux qui ne sont pas satisfaits des services de Lévriers sans Frontières sont priés d’aller voir ailleurs.

Je suis là pour faire passer un message et pour placer des galgos mais pas n’importe ou et pas à n’importe qui.

Je ne suis pas là pour faire du social mais de la protection animale si on peut encore appeler ça comme ça.

Depuis dix ans je me donne corps et âme pour dénoncer le martyre des galgos en Espagne et venir en aide aux plus démunis et je remercie ceux qui ont compris le sens de mon combat et qui respectent mon engagement et celui de mon équipe.

Parce que oui vous êtes là, oh il y en a de belles adoptions et des adoptants au grand cœur, oh oui vous êtes nombreux et c’est grâce à vous si je suis toujours là aujourd’hui, motivée et persuadée que notre combat ne sera pas vain.

Ma place, je ne sais plus si elle est ici ou là-bas mais ce que je sais c’est que mon cœur  battra toujours pour ceux qui ont souffert dans leur âme et dans leur chair.


 
 

19 réflexions sur “Les blablas de la présidente d'LSF/ Repartir…

  • 4 juillet 2018 à 13 h 19 min
    Permalien

    Nous vous comprenons bien Madame BROCHOT et vos nuits blanches et vos interrogations…Mais qui mieux que vous tiendrait la barre de cette admirable association? Mon entourage s’est longtemps moqué des déceptions et des combats de Brigitte Bardot (alors très médiatisés) en faveur de la protection animale, aujourd’hui il en va différemment car cela fait des années qu’ils me voient accompagnée d’un galgo et qu’ils savent le sort qui leur est réservé si nous gardons le silence. Ils riaient de me savoir sur telle ou telle manif en faveur du bien être animal, aujourd’hui ils me soutiennent. Nous faisons des émules, soyez-en persuadée. Certaines mentalités certes sont « indécrottables » mais il y en a aussi qui évoluent dans notre sens. Nous devons maintenir ce cap ! Et après nous, je puis vous l’assurer, il y a une bonne partie de la jeunesse qui refuse ce monde égoïste et qui n’entend pas se laisser dicter une conduite purement mercantile. C’est dans ce creuset que nous devons mettre tous nos espoirs.

  • 4 juillet 2018 à 9 h 16 min
    Permalien

    Moi, ma galga je la trouve parfaite, la plus belle, la plus intelligente de l’univers… LOL tout simplement parce que je l’aime !!! quand on aime son animal on l’aime tel qu’il est avec ses peurs, ses inquiétudes, ses excès, sa tendresse, son amour, etc… on l’aime c’est tout… Peu importe qu’il soit grand ou petit, noir ou blanc, vieux ou jeune etc… Ma MAGUY, nous l’avons adoptée comme elle était… toute entière , nous l’aimons de tout notre cœur et elle nous le rend bien . Ceux qui commence par poser des exigences n’aiment pas .
    « On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux » disait Saint Exupéry

  • 4 juillet 2018 à 7 h 19 min
    Permalien

    En 10 ans, vous avez dû en voir des vertes et des pas mûres! Heureusement vous n’avez jamais baissé les bras, il y a eu beaucoup de belles adoptions et il y en aura d’autres…

  • 3 juillet 2018 à 23 h 22 min
    Permalien

    Je pense que votre place est ici et là bas, garder le contact et sélectionner les plus malheureux, les malades, les vieux, les mâles, les noirs, sans oublier les bombasses quI plaisent énormément. Vous faîtes ce que vous pouvez avec les moyens dont vous disposez, mais vous sauvez des vies et vous ne lâchez rien. J’ai découvert le triste sort de ces chiens grâce à vous et j’ai immédiatement voulu en sauver un. Je peux vous dire aujourd’hui que je suis comblée avec mon prince noir, je vois chaque jour de la reconnaissance dans ses yeux, nous nous adorons lui et moi et si je pouvais j’en adopterais un autre. Continuez votre combat et sélectionnez de bonnes familles pour nos chers protégés

  • 3 juillet 2018 à 16 h 09 min
    Permalien

    En ce qui me concerne, mes 2 galgos LSF me comblent de bonheur et font tout vraiment tout pour apaiser une douleur profonde et que je crois incurable qui me ronge depuis 7 ans ! Je j’ai pas à exposer ici ma vie privée, juste dire que mes 2 galgos et mes 2 chevaux sont ma raison. De vivre, pour eux d’abord !

  • 3 juillet 2018 à 13 h 12 min
    Permalien

    Madame,
    Pour continuer faites le pourcentage des belles adoptions, je pense qu’elles sont plus nombreuses que les mauvaises ou celles qui ont échoué. Quand on a adopté un galgo, on revient pour une autre adoption, c’est sûr!!!!. On tombe amoureux de ces êtres, on fait tout pour leur faire oublier leur passé de souffrance et l’on est heureux quand on les voit s’épanouir, jouer et le regard à changé : une lumière de joie brille aux fonds des yeux; une étincelle de vie, flamme qui était éteinte en Espagne.
    il n’y a pas de déception d’adopter à lsf, nous ne choisissons pas tel et tel galgo nous laissons venir à nous les âmes en souffrance et faisons confiance aux délégués. JAMAIS DECUS croyez le!! Pâquerette et Tom vous remercient.

  • 3 juillet 2018 à 12 h 52 min
    Permalien

    Bjr Odile, ne changez rien, croyez en vous et n’écoutez pas les gens…
    pensez aux 4 accords toltèques de Miguel Ruiz….
    – faites toujours de votre mieux
    – que votre parole soit impeccable, on ne pourra rien vous reprochez
    – ne faites aucune supposition
    – n’en faites jamais une affaire personnelle, les autres pensent ce qu’ils veulent
    amicalement et à bientôt le 15….

  • 3 juillet 2018 à 11 h 44 min
    Permalien

    Tout comme les pécédents, adopter n’est pas acheter mais faire plaisir à un animal d’où qu’il vienne, être prêt à tout et effectivement rester calme, patient, expliquer (Minie appris le francais en 3 ans mais moi pas l’espagnol). Faire le tri dans les gens est probablement plus difficile que entre les loulous. Le fait qu’ils ne répondent pas « ouf » ça n’aurait probablement pas duré, essayez de positiver et continuer le combat!

  • 3 juillet 2018 à 11 h 25 min
    Permalien

    il y a tellement d’amour dans ce que vous faites Odile et tellement de misère de l’autre côté L’un peut-il arriver à contrebalancer l’autre?? Moi je ne le sais pas ; mais des centaines de petits coeurs battent heureux grâce à vous

Commentaires fermés.