Les blablas de la présidente d'LSF / Mes acouphènes…

Bablas légers, blablas joyeux, blablas tristes, je ne sais plus…

Tout ce que je peux vous dire, c’est que la protection animale est loin d’être un long fleuve tranquille et il n’y a que quand on a mis le nez dedans qu’on peut imaginer la lourdeur de la tâche.

À chaque jour ses joies, ses peines et ses coups durs, qu’il nous faut gérer, souvent au plus vite, trouver des solutions, faire des kilomètres, passer des heures au téléphone.

Et blabla et blabla…

Et moi je suis là aux commandes à me triturer l’esprit et à me demander si le jeu en vaut la chandelle… Parfois j’aimerais retourner à une vie plus paisible, faite de petits plaisirs et d’insouciance, une vie un peu comme celle que j’avais avant de faire de la PA, une vie normale et ordinaire.

Ouf, je m’égare… et je me ressaisis, j’entends le hurlement des chiens…

Il y a tant de détresse, tant de galgos que je voudrais sortir de ce hangar !!

Je chasse mes mauvaises pensées, je souris à l’instant où j’écris ces quelques mots et je me pose cette question.

Qu’est-ce que serait ma vie sans eux ?

Je ne l’imagine même pas parce que je veux vivre que pour eux.

Mais je peux vous dire que c’est compliqué de placer des chiens, car nous sommes confrontés à beaucoup trop d’exigences et de critères de sélection qui vont bien sûr à l’encontre de notre mission de sauvetage.

Comme ceux qu’on remonte parce qu’on se dit qu’ils le méritent et qui traînent durant des mois en famille d’accueil parce qu’ils n’ont pas la gueule de l’emploi ou parce qu’ils ne sont pas compatibles avec les chats ou qu’ils sont plus vieux ou positifs leish.

Bref parce qu’ils n’ont pas tout ce qu’un galgo doit avoir pour être vite adopté

Et sans parler des taulards qui restent là-dedans durant des années parfois..quelle injustice.

Je n’oublie jamais aucun regard…

Il y a aussi beaucoup de belles adoptions, mais elles passent comme des lettres à la poste, et on a trop tendance à les oublier parce qu’on est pris dans un tourbillon de problèmes à gérer au quotidien.

J’entends le hurlement des galgos tout le temps, un peu comme des acouphènes …

10 pensées sur “Les blablas de la présidente d'LSF / Mes acouphènes…

  • 17 avril 2018 à 8 h 33 min
    Permalink

    Pour les chats c’est d’autant plus absurde qu’un chien peut apprendre à ne pas courser ceux de la maison (la sienne ou celle où il va souvent en visite) avec de l’éducation et de la patience…
    J’ai deux chiennes qui n’aiment pas les chats. Chaque séjour chez ma mère elles aboyairnt sur son chat. Il a fallu quelques mois mais maintenant tout le monde se côtoie dans une même pièce et s’ignore. Et pourtant elles essaient encore de choper ceux qu’on croise en balade… C’est seulement ce chat qu’elles tolèrent.

    Répondre
  • 17 avril 2018 à 8 h 56 min
    Permalink

    Moi aussi mais avec mes deux – ou trois – loulous je me dis des jours que je me suis tirée une balle dans le pied, quand je cours à la maison après le travail pour ne plus les laisser seuls, quand j’ai trop de travail et que je retourne au bureau les weekends pour ne pas faire trop d’heures loin d’eux la semaine. Alors j’imagine à peine toi qui est à la tête de LSF…. Mais il suffit que je les voies, qu’on se regarde, pour que j’oublie tout, pour que je me dise que l’important est là devant moi. Il m’amène une joie, un sentiment tellement beau et profond. C’est juste de l’amour.
    courage Odile… Vivons le moment présent. Sans trop se poser de questions… Tu fais (vous faites) un travail formidable et sans vous, sans LSF, la vie serait plus moche….

    Répondre
  • 17 avril 2018 à 9 h 16 min
    Permalink

    Sans hésitation il ne faut jamais avoir de regrets de ses choix de vie ! Vos choix sont exemplaires, ils ont permis de sauver par milliers des galgos. C’est vraiment qu’en amont la loi devrait changer : rendre responsable l’être humain que de prendre un animal (même pour la chasse) c’est depuis sa naissance jusqu’à la fin de sa vie, avec des organes de contrôle de l’Etat pour voir les conditions…mais ça c’est un rêve…changer les lois en Europe et changer l’être humain…
    L’adoption d’un galgo est une belle aventure (pour l’avoir vécu et le vivre actuellement). Mais c’est une responsabilité financière, d’organisation journalière “travail, absences, vacances” importantes…mais en contre-partie c’est votre santé morale et physique qui se maintienne et leurs reconnaissances et leurs câlins en retour c’est magique ! Nous avons besoin de vous Odile et de tous les autres bénévoles. Très bonne semaine !

    Répondre
  • 17 avril 2018 à 9 h 28 min
    Permalink

    cela doit être traumatisant je n en doute pas ,si un jour je viens avec toi là bas ce que j espère pour aider car il ya tant à faire ,je pense que l’on ne peux plus revenir de là bas sans séquelle tant cela doit être si fort émotionnellement ,dur dur rien que d imaginer toute cette détresse j ai les larmes aux yeux et la gorge qui me serre …

    Répondre
  • 17 avril 2018 à 9 h 51 min
    Permalink

    Bonjour Odile,comme chaque matin je vous lis avec attention et comme chaque matin je vous comprend et vous admire,vous et toute votre équipe.Tout ce que vous faites pour ces chiens finira forcément par être entendu par l opinion publique de plus en plus sensible à la condition animale.Chaque adoptant répand autour de lui la vérité sur ces chiens,et fait avancer la conscience collective.Soyez assurée de notre soutien sans faille,et n abandonnez jamais,pensez à tous ceux que vous avez sauvés, et tous ceux ,qui,demain,rejoindront leur nouvelle famille.Ce que vous accomplissez est immense,et nous vous en sommes très reconnaissants.Je vous embrasse bien affectueusement.PATOU.

    Répondre
  • 17 avril 2018 à 9 h 56 min
    Permalink

    On se sent tellement démunis et impuissants devant de telles vidéos qui font pleurer….on est tellement triste et on a honte….de ne pouvoir ou vouloir faire plus…..

    Répondre
  • 17 avril 2018 à 12 h 49 min
    Permalink

    si je pouvais voir les cages vides…… et les maisons de France ou d’ailleurs accueillant un chien de là bas!. Entendre aboyer de joie mais dans un parc de verdure!!!!!; si toutes les âmes sensibles font un geste d’amour, le rêve devient réalité. Heureuse d’une deuxième adoption samedi 21 avril , oui, mais il y en a encore tant d’autres qui attendent. Ils sont tous beaux et on tous besoin de retrouver confiance en l’humain. Il y a encore de belles personnes, de belles âmes et l’adoption avec un délégué crée une grande famille. Merci pour ça. Les galgos, podencos, mastings et autres nous apprennent à aimer. Belle leçon!

    Répondre
  • 17 avril 2018 à 13 h 35 min
    Permalink

    Une vie paisible, normale et ordinaire……C’est quoi ? une vie sans but…une vie sans cause à défendre ….une vie sans raison de se lever le matin…Et que deviendraient les galgos ?…Je ne doute pas un instant que c’est difficile pour vous Odile, vous le commandant de bord de ce paquebot….Mais quel beau paquebot, voguant à vive allure pour sauver ces galgos martyrs….qui attendent et espèrent !! Malheureusement, tous le même jour ne peuvent monter dans le camion de l’espoir ! Triste est de constater que certaines personnes n’ont pas le mot « sauvetage » dans le coeur….juste un beau galgo bien sous tout rapport pour frimer ! lamentable ! Fort heureusement il y a TOUS les autres vrais sauvetages, les belles adoptions, celles du coeur et pour la vie !

    Répondre
  • 17 avril 2018 à 15 h 06 min
    Permalink

    Oui, il y a de belles adoptions, de belles histoires d amour entre des galgos et leurs compagnons humains, nous en sommes la preuve. Nous n avons pas regardé son âge, sa couleur sa santé ou sa taille, nous avons ouvert notre coeur a une galga et elle nous a adoptes, c est une compagne merveilleuse!

    Répondre
  • 18 avril 2018 à 13 h 20 min
    Permalink

    Je comprends que vous avez dû en voir des choses et il y a de quoi entendre le hurlement des galgos tout le temps…
    Heureusement qu’il y a de belles adoptions et que vous ne renoncez jamais.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *