Toi qui m'adoptera, jamais tu ne devras oublier d'où je viens…

Je suis né quelque part

Au milieu de nulle part

Noir

J’ai faim j’ai froid j’ai peur

J’entends ses pas

Battra battra pas

La porte grince

Je ne bouge pas  

Je ne respire pas

Peur

Jett’ra jett’ra pas

Un quignon de pain

Faim

Je n’ai pas de nom

Je ne suis rien

Est-ce que je serai là encore demain

Je ne sais pas

Hier c’était lui

Tuera tuera pas

FIN ou pas

Tout dépendra de toi

Qui m’adoptera

Toi

Jamais tu ne devras oublier

D’où je viens

Jamais tu ne devras oublier

Que des associations se sont mobilisées pour me sauver

La vie

Né pour courir, né pour souffrir, né pour mourir

Espagne

Je suis un galgo martyr

Et je suis un cadeau du ciel

22 pensées sur “Toi qui m'adoptera, jamais tu ne devras oublier d'où je viens…

  • 31 mai 2019 à 14 h 10 min
    Permalink

    Je suis outrée, triste, en colère quand je vois ces images et ça fait longtemps qu’on en voit
    Le gouvernement espagnol attend quoi pour faire quelque chose, il y a déjà eu des plaintes, des pétitions, nombreuses, que j’ai signé.
    Si ces chasseurs ne savent pas les « recycler » quand ils ne peuvent plus chasser je propose d’arrêter cette race de chiens,en stérilisant les femelles.Ça va mettre du temps mais il n’y aura plus de galgo malheureux.

    Répondre
  • 28 mai 2019 à 13 h 08 min
    Permalink

    Nos amis les GALGOS méritent qu’on les adoptent pour leur offrir le bonheur tout simplement. Ces criminels tortionnaires de ces magnifiques animaux doivent être condamnés à juste titre

    Répondre
  • 8 mai 2019 à 17 h 53 min
    Permalink

    Comment peut-on en arriver là ?
    Misère….

    Répondre
  • 8 mai 2019 à 12 h 31 min
    Permalink

    Images très dures mais c’est la réalité de tous les animaux martyrs quel que soit le pays . Moi je pense que j’essayerai d’adopter plus tard un ou deux galgos et je demanderai des conseils si besoin et peut etre qu’avec beaucoup de compassion d amour de patience j’y arriverai ca sera pour des adoptions si ca se concrétise du coeur

    Répondre
  • 7 mars 2018 à 20 h 19 min
    Permalink

    Ces paroles et ces photos me donnent envie de pleurer…quelle bien triste réalité!

    Répondre
  • 7 mars 2018 à 15 h 49 min
    Permalink

    Ma Galga noire, Elle n’était rien mais pour moi, Elle est TOUT.

    Répondre
  • 7 mars 2018 à 13 h 34 min
    Permalink

    Magnifique plaidoyer qui me donne les larmes aux yeux.
    Il ne faut effectivement jamais oublier qu’avec un galgo, on n’adopte pas un chien de salon sans passé.
    Voilà pourquoi je n’adopterai certainement jamais un galgo. J’aurais trop peur de ne pas être à la hauteur. Je ne voudrais pas décevoir LSF et tous ceux qui se battent pour les sauver.
    Je préfère le reconnaître très humblement.
    Et je me contente de suivre votre combat au quotidien. Mais c’est tellement insuffisant…

    Répondre
    • 7 mars 2018 à 21 h 17 min
      Permalink

      Lorsque l’on agit avec le cœur on ne déçoit personne.

      Répondre
    • 8 mars 2018 à 15 h 26 min
      Permalink

      Ce n’est pas parce que ces galgos ont un passé parfois très lourd qu’il faut avoir peur de ne pas être à la hauteur! Ce sont des chiens qui s’adaptent merveilleusement à leur nouvel environnement. Ce qu’ils demandent: de l’amour, de l’attention, parfois un peu de patience (toujours récompensée), des soins (comme tous les autres chiens), quelques précautions supplémentaires (antifugue) mais on apprend vite à les connaître et ils savent si bien se faire comprendre! C’est mon troisième lévrier (sénior) et jamais je ne le regretterai (les deux précédents non plus d’ailleurs).

      Répondre
  • 7 mars 2018 à 13 h 34 min
    Permalink

    Images épouvantable et pourtant stricte vérité….Les galgos souffrent depuis la naissance jusqu’à ce qu’ils franchissent la frontière espagnole ….Que les adoptants soient conscients de ce qu’ils ont vécus et des lourdes valises de leurs ancêtres qu’ils trainent péniblement ! Que les adoptants soient également conscients qu’ils n’achètent pas un galgo, mais qu’ils le « SAUVE » de l’enfer. Ces galgos n’ont donc pas envie, de l’autre côté de la frontière, de continuer cette vie de martyre….Ces galgos attendent bonheur,amour et respect !! Ils attendent aussi de nous, humains, que nous soyons patients avec eux, car après cette vie misérable de soumission et d’exploitation, la confiance en l’humain demandera du temps. Ils demandent aussi à l’humain qui l’adoptera de ne pas, une fois encore, l’abandonner comme un vulgaire kleenex ! La maltraitance ne fait que croître en général, puisqu’il n’y a pas ou bien peu de condamnation. J’espère qu’à Séville les manifestants auront pu se faire entendre et que tout le peuple Espagnol agisse en faveur des galgos…..Autour de moi je vois bien que beaucoup de personnes ignorent ce que les galgos subissent et surtout l’état dans lequel les refuges espagnols récupèrent ces galgos !!! Les images sont choquantes mais nécessaires !

    Répondre

Répondre à claudine castiau Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *