Des milliers de lévriers galgos sacrifiés chaque année en Espagne au nom d'une tradition ancestrale

La saison de chasse est à peine commencée en Espagne et voilà que déjà les galgos arrivent par dizaines dans nos refuges partenaires.

Ceux qui n’auront  pas été suffisamment performants lors des premières sélections seront donc soit emmenés dans les perreras  ou tout simplement lâchés dans la nature avec le risque de se faire percuter par une voiture,ceux qui se fractureront les pattes lors d’une course seront laissés sur place par les galgueros.

Timotéa est une de ces victimes parmi tant d’autres.

Arrivée à la fondation avec une fracture ancienne qui la faisait énormément souffrir, elle a été opérée et prise en charge par Lévriers sans Frontières.

Pecas également récupéré au bord de l’autoroute et qui devra également être opéré.

Et ça n’en finit pas, chaque année nous réparons ce que les galgueros cassent sans aucun scrupule puisque de toute façon ils n’ont aucun attachement à leurs chiens, qu’ils considèrent comme des outils de chasse et qu’ils jettent comme des mouchoirs en papier.

Peu importe pour eux puisqu’ un lévrier ne vaut rien, à l’âge de 2 ou 3 ans il sera de toute façon sacrifié et remplacé par un plus jeune.

Les meilleurs sujets mâles ou femelles seront gardés quelques années pour la reproduction, ce qui permet de renouveler le cheptel.

La rentrée de septembre est pour nous tous le début d’un long parcours du combattant…

Mimo également fera partie de ceux qui remonteront en France avant la fin de l’année, ce sont nos amis d’Ecija qui viennent de le récupérer…

Pour nous aider vous pouvez faire un don ( déductibles des impôts), soit par paypal sécurisé via notre site, soit par chèque à envoyer à LSF 43 rue de paris 10700 Villette-sur-Aube.

Un reçu fiscal vous sera envoyé.

https://www.levriers-sans-frontieres.com/

N’oubliez pas également notre calendrier 2018 au prix de 10 euros + FDP( voir sur notre site)


 

3 pensées sur “Des milliers de lévriers galgos sacrifiés chaque année en Espagne au nom d'une tradition ancestrale

  • 28 septembre 2017 à 12 h 17 min
    Permalink

    la première vidéo témoigne qu’un animal à des sentiments pour l’être humain malgré le mal que ce dernier lui a fait subir. Quel joie de le voir remuer la queue.
    La deuxième vidéo, on voit l’animal qui a peur de l’être humain et pourtant il aimerait être sauvé pour ne plus souffrir.
    Je suis partagé entre la peine, la douleur, ma gorge est serrée, j’ai aussi la haine, la vengeance, il vaudrait mieux pas que je sois face à un galguero. Autant je suis calme, compréhensive, aimante mais quant l’être humain utilise ses mains et sa tête pour faire le mal….

    Répondre
  • Ping :Timotéa (F) – Lévriers Sans Frontières

  • 30 septembre 2017 à 7 h 19 min
    Permalink

    Moi, je ne peux pas m’empêcher de pleurer quand je vois ces vidéos. Je n’arrive pas à comprendre comment l’être humain peut être aussi cruel envers ces pauvres créatures. J’en ai mal au ventre…ils me dégoûtent ces gens, on devrait leur faire pareil!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *