Les blablas de la présidente d'LSF/ C'était il y a longtemps…

Le hasard m’a mise sur son chemin, à l’instant même où mes yeux ont croisé les siens, j’ai compris qu’à jamais mon destin serait lié tout entier à celui du martyre des galgos en Espagne.

C’était comme si je prenais un autre chemin laissant derrière moi tout ce que je pensais essentiel dans ma vie et qui me paraît aujourd’hui tellement futile.

J’aurais pu me contenter d’elle, ne pas la partager et continuer ma route sans m’arrêter, mais ce fut comme un appel de là-bas, une petite voix qui n’a jamais cessé de me murmurer que j’avais ma  pierre à apporter à cet immense édifice de souffrance, alors je me suis engagée dans un combat sans merci pour le meilleur et pour le pire.

Si je me retourne aujourd’hui et que je fais le bilan de ces dix années je me dis qu’il faut avoir une sacrée force de caractère pour tenir dans la distance, beaucoup abandonnent parce qu’ils se laissent avaler par cette machine à broyer.

En protection animale il y a deux combats à mener, l’honorable, celui pour les animaux, et l’autre, le pire, mais ça, je ne le savais pas et j’étais loin d’imaginer à quel point j’allais devoir faire face aux travers des humains.

Je me souviens comme j’étais naïve lorsque j’ai commencé à militer, comme tout un chacun d’ailleurs, on passe obligatoirement par cette phase-là, je pensais que tout le monde était gentil et j’accordais facilement ma confiance.

Je le dis souvent aux personnes qui s’engagent à mes côtés, attention à l’envers du décor, la protection animale, ce n’est pas ça mais c’est tout le contraire.

À l’époque je ne voyais le mal nulle part, aujourd’hui je le vois partout, je me méfie de tout le monde et je ne laisse plus entrer personne dans ma zone de sécurité, il y a une ligne à ne pas franchir, du moins pas tout de suite.

En fait on apprend très vite à ses dépens que le meilleur ami peut devenir un jour le pire ennemi et j’en ai laissé un sacré paquet derrière moi.

Résister, à la jalousie, à la calomnie, aux critiques et aux attaques incessantes, se protéger pour ne pas sombrer ni se laisser engloutir dans cette marée de haine humaine.

Rester sur ses gardes et anticiper comme un vaillant soldat toujours prêt à dégainer son arme pour faire face aux attaques diverses et variées.

Ça, c’est le plus dur combat à mener en protection animale et tous ceux qui sont vraiment engagés le savent bien, que ce soit en France, en Espagne ou ailleurs, notre pire ennemi vient de l’intérieur.


 
 

10 pensées sur “Les blablas de la présidente d'LSF/ C'était il y a longtemps…

  • 19 septembre 2017 à 18 h 47 min
    Permalink

    oh oui combien de rats ont quittés le navire….depuis que j’ai rejoint tes rangs….fière de faire la route à tes côtés…

    Répondre
  • 19 septembre 2017 à 13 h 33 min
    Permalink

    t’occupe pas, Odile, de tous ces gros connards, les galgueros et …les autres, reste comme tu es…Otto et moi Dona, nous réapprenons la vie, nous faisons tout ce qu’il faut pour faire plaisir à Papa et Maman, avec parfois de petits dérapages ; hier soir Otto a inventé de voler le fromage sur la table, Maman ayant le dos tourné ; alors j’ai voulu caffter mais finalement j’ai trouvé que le partage du larcin entre lui et moi était la meilleure chose pour tous les deux !!! on s’est meme pas fait gronder, juste une remarque à voix plus haute et Maman a dit « vous verrez bien si demain, vous etes malades » TERRIBLE!!!!!!!!! meme pas peur; je montre à Otto comment je cours bien dans la colline, mais je suis dégoutée ; en trois bonds il m’a déjà rattrappée ; je fais une peu la gueule…J’cours pas la plus vite?
    tout ça, pour te dire, que toutes les truffettes que tu as pu tirer de l’enfer te supplient de ne pas perdre la foi ; ainsi que les papas et mamans parce que tu leur a apportés à eux aussi la grande over dose de bonheur ; nous t’aimons TRES TRES TRES FORT
    Dona et Otto ( je signe pour lui, il s’est pas encore mis au français, gros faignant)

    Répondre
  • 19 septembre 2017 à 13 h 02 min
    Permalink

    Vous et votre équipe faites un travail exceptionnel et personne ne peut le contester : les adoptions sont là, on les voit défiler sur le site tous ces pauvres malheureux et ils finissent tous par être adoptés ! Si des malveillants trouvent à redire sur l’association, ils ne sont pas honnêtes et sans doute jaloux de votre investissement et de votre réussite.
    Moi, en tout cas, je suis admirative et je vous soutiens à 100 %
    Lorsqu’on adopte son premier galgo, on ne peut pas rester indifférent à cette cause, ils sont tellement merveilleux et reconnaissants.
    Continuez votre combat, vous êtes taillée pour lutter contre toutes ces mauvaises personnes, même si ça épuise parce que si vous ne vous battez plus pour eux, que deviendront tous ces malheureux ?
    Merci pour votre ténacité et votre courage.
    Encore bravo

    Répondre
  • 19 septembre 2017 à 10 h 17 min
    Permalink

    Odile, Lorsque j’ai croisé le regard de mon LILO qui m’appelait depuis le refuge d’ABYDA JAEN moi aussi j’ai senti que plus rien dans ma vie déjà bien remplie ne serait pareil…
    J’ai su à cet instant magique que j’étais tombée dans la marmite des Galgos…
    Depuis ce jour d’autres petits protégés ont franchi le seuil de notre porte, parfois terrorisés, parfois intrigués, des accueils, des adoptés, nous leur avons ouvert notre cœur et nous ne pourrions plus vivre sans eux qui nous apportent tellement…
    J’ai appris depuis longtemps à laisser les imbéciles et les sans cœur sur le bord de ma route… Nous tous, FA, adoptants, bénévoles et délégués sommes à vos côtés indéfectibles, chaleureux, tout pleins de respect pour le travail énorme fourni par LSF et surtout pleins d’amour pour ces pauvres petites misères sauvées de l’enfer.
    Merci à vous de ne jamais baisser les bras, n’oubliez pas que « sans vous rien de tout cela ne serait possible… »

    Répondre
  • 19 septembre 2017 à 9 h 56 min
    Permalink

    C’est un très beau témoignage que vous nous livrez. La nature humaine est terrible, elle peut produire aussi bien le meilleur, la bonté, la compassion, l’humilité… et le pire 🙁
    Et malheureusement on constate trop souvent que le partage est plutôt mal fait entre les individus. Un grand merci pour tout ce que vous faites 🙂

    Répondre
  • 19 septembre 2017 à 9 h 34 min
    Permalink

    Odile
    je ne connaissais pas votre association il y a seulement 3 mois
    mais je vois que vous vous acharnez pour sauver ces malheureux levriers
    c est un combat de tous les jours mais c est tellement merveilleux de sauver le plus possible
    pour cela vous pouvez etre fiere ainsi que toutes vos equipes francaises et espagnoles
    c est un tres beau combat
    malheureusement la betise humaine a ete /ait et sera toujours là
    mais le plus cadeau que vous pouvez avoir c est le regard la tendresse et l amour de ces anges

    Répondre
  • 19 septembre 2017 à 9 h 12 min
    Permalink

    L’humain sait parfaitement cacher ses pensées profondes. C’est un pervers portant un masque au gré des situations. Il met sa proie sous son emprise,jusqu’au jour où ses actes le trahissent…Et nous nous armons d’une carapace de protection et de méfiance…au point d’exiger de ceux qui entrent dans notre vie de montrer « patte blanche » ….Certains humains ne valent pas mieux que les galgueros.Heureusement des exceptions existent !!

    Répondre
  • 19 septembre 2017 à 9 h 05 min
    Permalink

    Bonjour Odile
    Oui c’est un sacré combat vos vaillant guerriers sont là pour vous épaulez . Vous êtes reparti de zéro mais encore plus forte regardé ce que vous avez accompli les adoptions sont plus importantes . Les réseaux sociaux diffusent de plus en plus la cause des lévriers . Même si parfois certains chiens reviennent car plus ok chat au bout de 3 ans , etc. … c’est difficile mais vous êtes là pour eux vous ne baissez jamais les bras on vous aime comme vous êtes malgré votre fort caractère et vos coups de gueules merci merci d’être rentrée dans ma vie car pour moi c’est aussi un combat ( informer les gens récolter ) et les plus beaux cadeaux que vous m’ayez fait c’est vous connaître , votre combat vos délégués comme Jacqueline , Marie, etc… et l’adoption de Casiopé qui arrive le 28 Octobre et aussi Léra qui a donné le déclic à mon mari c’est une chienne merveilleuse pleins d’amours d’une douceur voleuse à ces jours et quand elle fait une bêtise et qu’on la gronde gentiment elle est comme une enfant elle fait la gueule mais on l’aime pour ce qu’elle est . MERCI je le dirais jamais assez ainsi qu’à tous les bénévoles et délégués

    Répondre
  • 19 septembre 2017 à 8 h 28 min
    Permalink

    Madame, votre courage face à l’adversité et votre détermination pour cette guerre devraient faire taire la bétise. Les mauvaises personnes ne doivent pas vous atteindre car elles ne vous arrivent pas à la cheville. Vous avez une équipe formidable et ces pauvres chiens vous attendent. Encore merci d’en avoir tant sauvés et de continuer votre lutte. Beaucoup de monde vous soutient et vous admire

    Répondre
  • 19 septembre 2017 à 8 h 00 min
    Permalink

    Je me suis toujours posé la question comment peuvent résister, survivre et supporter toute la misère et la souffrance toutes les personnes comme vous ! Et bien la reconnaissance que nous transmets nos animaux. Les mots que j’exprime à cet instant, c’est toute la reconnaissance et mes vives remerciements pour faire partie de ceux qui améliorent et font avancer notre drôle de monde ! Très bonne journée avec la passion de nos loulous !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *