Célia s'ouvre enfin à la vie et attend désespérément sa famille adoptante / Galga à adopter via LSF

Coucou à tous, c’est moi CELIA. Quelqu’un se rappelle-t-il encore de moi ?

Dans quelques jours, cela fera 8 mois que j’ai posé mes pattounes, et mes « conteneurs » de peurs et de traumatismes chez Alain et Nounou Chantal, dans le département 36 .

Mon regard en disait long sur ce que j’étais, une pauvre misère sans espoir et sans vie.

Je suis ce qu’on appelle une « taularde après une année passée à la FBM », une « trauma » à cause de l’enfer que j’ai vécu et une « oubliée » aujourd’hui, et pourtant je n’ai que 3 ans et demi.

En arrivant, il a d’abord fallu me porter pour je puisse entrer et puis j’ai vécu dans le jardin dans des trous que je creusais pour me cacher, je ne pouvais pas supporter que l’on me parle, que l’on me regarde, que l’on passe à proximité de moi. Je ne connaissais rien de la vie, et surtout je n’attendais plus rien.

Nounou a bien cru que j’allais me laisser mourir, elle voulait tant m’aider mais elle était totalement impuissante. Le seul moment où je sortais un peu de mon retranchement était le moment du repas, que je prenais souvent la nuit quand plus rien ne bougeait dans la maison. Nounou m’a offert le meilleur, elle me cuisine tous les jours un bon repas, viande fraîche, féculents, légumes et vitamines. C’est un tel luxe de manger à sa faim. Maintenant, nounou m’appelle la « pelleteuse » tellement je mange vite, et puis après je fais le tour des gamelles des autres pour avaler la moindre miette restante.

Cahin-caha, le temps a passé, j’ai commencé à apprécier les promenades mais tout me faisait sursauter, je ne pouvais même pas faire mes besoins tellement j’étais stressée. 

Elle en a de la patience, ma Nounou, elle m’attend, et parfois j’arrive à lui faire de grandes joies.

Je ne peux pas tout vous raconter, ce serait trop long, mais aujourd’hui je commence à apprécier ma vie. Ces derniers temps j’arrive mieux à gérer les imprévus, il y a eu des travaux à la maison, puis ma famille a organisé une journée pour fêter leur retraite. J’ai vu passer beaucoup de monde, j’étais vraiment pas très à l’aise, toujours ma petite goutte au nez quand je stresse, mais il ne m’est rien arrivé. J’étais dans mon jardin avec Safari et Mi, et tout le monde m’a laissée tranquille.

Il existe donc ce monde sans violence, sans cris, sans folie ? Ce monde qu’on imagine dans nos rêves, enfin quand on a encore la force de rêver. Pour beaucoup d’entre nous, malheureusement il n’y aura jamais de rêves.

Moi qui vivotais tranquillement et confortablement sans faire trop d’effort, je me suis remise à progresser. Depuis je me sens plus détendue, plus à l’aise. Enfin pas tout le temps, il y a des matins où j’arrive à aller chercher ma biscotte dans la main de Nounou, et des matins où je ne peux pas. Dans ces moments-là, nounou m’appelle « sa godiche, sa nunuche, sa nigaude ». Je ne comprends pas tout mais elle le dit avec tellement d’amour que je prends cela pour un compliment. Elle me dit que je peux le faire et que je peux avancer encore et encore.

Et puis en mai et juin Nounou est partie plusieurs fois de la maison. Elle m’a tout expliqué (elle me parle tout le temps), hôpital, examens, etc. J’ai pas tout compris mais elle m’a promis de revenir vite et je lui ai fait confiance. À son retour, mes copines SAFARI et MIA étaient heureuses, elles sautaient autour d’elle. J’ai voulu me joindre à ce moment d’euphorie, car oui j’étais contente de la retrouver. Je sautais de joie, ma queue était un vrai tourniquet, mais je n’ai pas pu m’approcher. Trop tôt, trop d’émotion, pas osé, pas pu… Alors je me suis mise à pleurer en la regardant et j’ai reculé. C’est bizarre, ce truc chez vous les humains, c’est contagieux car elle aussi s’est mise à pleurer. J’’ai eu droit à « Ma nunuche je t’aime, je suis très heureuse de te revoir aussi et le reste viendra plus tard ».

Depuis je communique comme ça avec elle, et puis je me suis mise aux vocalises, j’aboie souvent de joie et je module longuement. Elle semble me comprendre.

En tout cas, elle ne ménage pas ses efforts, elle en fait des tonnes pour me féliciter, m’encourager, me complimenter, tout passe par la voix, puisque rien ne peut passer par le geste et la main.

Le soir et seulement le soir, je me laisse caresser, je pose ma tête sur mon tapis, et je la regarde sans envie de fuir. C’est peut-être ça l’amour, l’abandon ? En tout cas, j’apprécie maintenant. Je ne sais pas encore si un jour j’irai chercher sa main, mais puisqu’elle me dit qu’elle croit en moi je lui fais confiance encore, et encore.

Encore une chose, la semaine dernière, je suis montée toute seule sur le canapé. C’était la toute première fois. Un truc de dingue, j’avais le nez qui coulait fort, j’avais osé, vous vous rendez compte ! Je vous raconte pas la tête de nounou. Oh si, je peux pas résister. Eh bien, elle est entrée dans le salon, elle s’est figée sur place et est repartie aussitôt. Elle y croyait pas, je l’avais bluffée. Quelques minutes plus tard, quand elle est revenue, elle avait les yeux rouges. Encore ce truc qui permet de vider le trop-plein dans le cœur. Alors depuis, fière de moi, je me prélasse sur le canapé en lâchant de longs soupirs.

Vous voyez bien que le temps et l’amour font des miracles.

Excusez-moi de raconter ma vie, mais 8 mois d’accueil, c’est pas rien vous savez.

Si vous désirez m’adopter, vous pouvez remplir le formulaire

https://www.levriers-sans-frontieres.com/demande-dadoption/

Pour plus d’infos , n’hésitez pas à téléphoner à Patricia au 0680212447

Comme vous êtes loin, même très loin de moi, je vous fais plein de léchouilles. 

 
 
 

15 réflexions sur “Célia s'ouvre enfin à la vie et attend désespérément sa famille adoptante / Galga à adopter via LSF

  • 31 juillet 2017 à 15 h 22 min
    Permalien

    quel beau témoignage, et surtout toutes mes félicitations à sa nounou d’accueil et d’ailleurs à toutes les familles d’accueil qui font un formidable « boulot »

  • 12 juillet 2017 à 22 h 58 min
    Permalien

    CELIA pourrait elĺe vivre heureuse parmi 9 whippets.? Elevage familial depuis 15a…. il y a déjà une CELIA née à la maison et sa maman une étoile dite doudoune âgée de 14a se porte à merveille nous sommes en pleine campagne vers langon….ici nous avons le temps et le prenons…. Chiens ou chevaux, il faut savoir perdre du temps pour….en gagner plus tard ! Nos chiens vivent a la maison sur les canapés et dodos qu’ils choisissent ayant accès au parc ombragé de saules pleurer avec deux petites maisons isolés et chauffée l’hiver a +20….. en résumé c’est un environnement familial avec les amis, les sorties, etc… A noter que tout l’espace est clos dehors.

    • 13 juillet 2017 à 4 h 59 min
      Permalien

      Bonjour Véronique, ils serait souhaitable que vous remplissiez le formulaire de demande d’adoption, nous vous contacterons dès réception, merci

  • 12 juillet 2017 à 18 h 39 min
    Permalien

    Oui, » le temps et l’amour font des miracles » j’en suis persuadée. Je suis tellement heureuse que Célia
    s’ouvre peu à peu à la confiance en l’humain. Bravo à sa nounou pour sa patience et son amour..
    Célia a toujours été mon coup de cœur. Mais elle était craintive et nécessitait la présence d’un autre
    congénère que je n’avais pas…. J’accueillerai le 9 septembre la petite Lali qui arrivera d’Espagne pour mon plus grand bonheur et, j’espère, pour le sien. Mais, qui sait?…dans quelques temps peut-être, Célia pourrait elle rejoindre Lali.?…..

Commentaires fermés.